Bernard Corbeil en train d'arrêter une prétendue voleuse de nourriture pour chats. Capture d'écran
Bernard Corbeil en train d'arrêter une prétendue voleuse de nourriture pour chats. Capture d'écran
L’ancien avocat civiliste Bernard Corbeil va subir un deuxième procès pour avoir procédé à une arrestation civile musclée d’une femme qu’il accusait de voler la nourriture pour chat qu’il déposait devant sa porte.

Celle-ci était destinée aux chats errants, mais elle lui était volée chaque jour. Après avoir mené l’enquête, il avait lui-même procédé à l’arrestation de la voleuse dans Charlesbourg. L’ex-avocat l’aurait prise sur le fait alors qu’elle s’emparait de la nourriture pour félins, pour apparemment la jeter par la suite aux ordures.

Mais «l’arrestation civile » de la dame a été jugée abusive.

En 2015, le juge Jean Asselin avait estimé lors d’un premier procès qu’il n’y avait « aucun motif qui puisse justifier, de quelque façon, l’utilisation de la serviette, des attaches de plastique autobloquantes et des contraintes physiques exercées par l’accusé à l’égard de la plaignante à l’aide de ses mains et de ses genoux », rapporte le Journal de Québec.

Le juge l’avait déclaré coupable de voies de faits, mais avait prononcé une absolution inconditionnelle.

M. Corbeil a décidé de porter sa cause en appel et a obtenu la tenue d’un deuxième procès.

C’est le juge Hubert Couture qui aura à déterminer si l’arrestation était trop musclée.