Me Judith Séguin est arrivée au cabinet montréalais Loranger Marcoux, pour y exercer en droit patronal
Me Judith Séguin est arrivée au cabinet montréalais Loranger Marcoux, pour y exercer en droit patronal
Me Judith Séguin est arrivée le 20 mars dernier au cabinet montréalais Loranger Marcoux, pour y exercer en droit patronal.

« Le cabinet a une très bonne réputation dans ce domaine et l’équipe est très dynamique, ils ont confiance dans les jeunes. J’ai trouvé un équilibre parfait entre le mentorat et l’autonomie. C’est parfait pour une jeune avocate comme moi, avec moins de cinq ans de pratique », explique-t-elle.

Me Séguin, âgée de 27 ans, est diplômée de la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Elle détient également une maîtrise en biotechnologie avec cheminement en droit. Cette originaire de l’Outaouais a été assermentée en 2014.

« J’ai choisi de faire du droit pour son esprit analytique. J’aimais aussi les sciences, mais je ne me voyais pas travailler dans un laboratoire », explique-t-elle.

Il faut dire que le droit est aussi un peu dans ses gènes : son père était juge au tribunal de la jeunesse de Gatineau, son oncle professeur de droit à la faculté de droit d’Ottawa, l’une de ses tantes avocate…

« C’est sûr que même s’ils ne m’ont jamais forcé, ils ont dû un peu m’inspirer », dit-elle.

Me Séguin a fait son stage du Barreau au cabinet RPGL, à Gatineau qui représente les entreprises privées et les employeurs publics et para-publics dans les différents domaines du droit de l’emploi et des relations de travail.

Me Séguin y est restée jusqu’en août 2017, avant de venir s’installer à Montréal pour des raisons personnelles.

Elle a alors travaillé au cabinet Bélanger Sauvé d’août 2017 à mars 2018.

Particulièrement impliquée dans sa communauté, elle a été vice-présidente des conseils d’administration d’une maison de soins palliatifs et d’un théâtre francophone. En juin 2016, elle a été élue vice-présidente de la Chambre de commerce de Gatineau.

L’avocate est actuellement membre du conseil d’administration de la Fondation Maison Gilles-Carle et membre de la Jeune Chambre de commerce de Montréal. Elle est également arbitre accréditée par Tennis Canada.

Elle a été sélectionnée dans la deuxième cohorte du programme québécois de L’effet A, visant à souligner et promouvoir l’ambition des femmes professionnelles et engagées dans leur milieu.