Me Hubert Reid reçoit la Médaille du Barreau 2018
Me Hubert Reid reçoit la Médaille du Barreau 2018
Les quatre avocats se verront remettre leur récompense le 14 juin, à Montréal, lors d'une cérémonie dans le cadre de la Journée du Barreau du Québec 2018.

La Médaille du Barreau 2018 sera remise à Me Hubert Reid. Il s’agit de la plus haute distinction honorifique de l'Ordre. Me Reid est actuellement directeur de l'édition chez Wilson & Lafleur ltée.

De leur côté, Me Gabrielle Brochu et Me Christian Boudreau recevront le Mérite 2018, et Me Linda Goupil se verra remettre le Mérite Christine-Tourigny.

Un récidiviste des récompenses

« Ça me fait grand plaisir, c’est la consécration du travail d’une carrière dans le domaine de la procédure civile », di Me Hubert Reid à Droit-inc, ajoutant que le secret est de toujours exécuter son travail correctement, et de se montrer à l’affût de connaissances nouvelles dans ses champs de compétences.

Il ne s’agit pas de la première récompense du juriste, qui a également reçu deux fois la Médaille du Conseil du Barreau de Québec (en 2006 et en 2016), et la distinction Avocat émérite en 2008.

Me Reid a étudié la sociologie et le droit à Montréal et à Paris, et est ensuite devenu membre du Barreau du Québec en 1956. Il a enseigné à la Faculté de droit de l'Université Laval pendant plus de 30 ans et a été directeur de l'École du Barreau, Centre de Québec, en 1968-1969.

De 1969 à 1973, il a été le premier et le plus jeune doyen élu d'une faculté de droit québécoise. Il est l’auteur du Dictionnaire de droit québécois et canadien et surtout de la collection Alter Ego du Code de procédure civile qui en est maintenant à sa 34e édition.

Le Barreau souligne son embauche de jeunes professeurs, dont de nombreuses femmes, ainsi que sa participation à l'introduction de nouvelles techniques d'enseignement, dont les cliniques juridiques universitaires et le Tribunal-École.

Hubert Reid a présidé le Comité de réforme du Code de procédure civile du Québec entre 1988 et 1991 et en a été un membre de 1998 à 2001. Il a aussi été membre du Comité du Barreau sur la Cour d'appel et a siégé durant de nombreuses années au Comité sur la Revue du Barreau.


Une nouvelle dévastatrice

Lauréat du Mérite 2018, Me Christian Boudreau
Lauréat du Mérite 2018, Me Christian Boudreau
Lauréat du Mérite 2018, Me Christian Boudreau a été associé jusqu'en 2015 chez Avocats BSL inc., à Rimouski. À l’âge de 38 ans, il a appris être atteint de la maladie de Parkinson. Il a dû interrompre sa carrière sept ans plus tard, dès que les symptômes se sont faits trop sentir.

« J’accueille cette récompense avec humilité, c’est un grand honneur pour moi d’être récompensé par mon ordre professionnel et mes collègues. Ça me touche beaucoup », a-t-il indiqué à Droit-inc en entrevue.

Diplômé en droit de l'Université Laval et Barreau 1993, l’avocat a oeuvré principalement dans le domaine de la santé et des services sociaux, la sécurité au travail, la responsabilité sportive et préjudice corporel, de même qu'en litige civil.

En 2017, en collaboration avec Parkinson Québec, il a mis sur pied Parkinson courons pour la cause pour aider la recherche scientifique sur cette maladie neurodégénérative.

« Je désire changer l’image que l’on a de la maladie, qui n’est pas du tout réservée aux personnes âgées », explique-t-il au bout du fil celui qui a 48 ans aujourd’hui.

Avec ce prix, le Barreau souligne plus de deux décennies de pratique complétées « avec énergie et passion », une carrière « riche et diversifiée » ainsi que sa détermination, sa résilience et sa combativité.

Désormais, Me Boudreau se consacre à la photographie, il a d’ailleurs ouvert une page de photographies sur Facebook, JurixImages, où il mêle des photos de paysages avec des citations juridiques.

Prévention du suicide

Me Gabrielle Brochu de Langlois
Me Gabrielle Brochu de Langlois
L’autre lauréate du Mérite 2018, Me Gabrielle Brochu, est associée au sein du cabinet Langlois et siège au sein de son comité exécutif.

Titulaire d’un baccalauréat en droit et d’une maîtrise en droit international à l'Université Laval et à l'Université Montpellier, elle exerce en litige civil et commercial, en droit des assurances, en responsabilité professionnelle et en droit disciplinaire.

Barreau 2002, elle s'implique socialement auprès d'organismes voués à la prévention du suicide. Elle siège actuellement au CA de Suicide Action Montréal.

Au sujet de sa récompense, le Barreau souligne « une femme rare, exceptionnelle, qui croit fermement et sans faillir que l'engagement social permet de changer la vie d'autrui pour le mieux ».

Soutenir les femmes

Me Linda Goupil reçoit le Mérite Christine-Tourigny
Me Linda Goupil reçoit le Mérite Christine-Tourigny
Enfin Me Linda Goupil reçoit le Mérite Christine-Tourigny en reconnaissance de son engagement pour la progression des femmes dans la profession et dans la société québécoise.

« Quand on est reconnu par ses pairs, on est toujours touchés, même si ça nous rappelle que l’on vieillit ! », lance en riant Me Goupil, qui se dit d’autant plus honorée qu’elle a personnellement connu Christine Tourigny au moment où celle-ci était juge.

« Quand on m’a abordée pour devenir députée, nous en avons discuté et elle m’avait fortement encouragée à changer les choses à un autre niveau. C’est un grand honneur pour moi car c’était une femme exceptionnelle, empathique, qui avait le souci des autres. »

Barreau 1986, Me Goupil est avocate en droit familial et médiatrice familiale accréditée, et exerce au sein du cabinet Lagacé et Goupil de Lévis. Elle a reçu la médaille du Barreau de Québec en 2000.

« Il est important que l’on puisse soutenir les femmes à des postes de direction ou qui ont de l’influence pour améliorer la société », poursuit-elle.

Titulaire d’un baccalauréat en droit à l'Université de Sherbrooke, Linda Goupil est devenue, à 37 ans, la première femme à occuper la fonction de ministre de la Justice et procureure générale dans l'histoire du Québec, de 1998 à 2001.

Elle a été de 2001 à 2003, ministre d'État à la Solidarité sociale, à la Famille et à l'Enfance. Elle a également assumé plusieurs mandats à la Condition féminine tout au long de sa carrière ministérielle.

C’est à elle qu’on doit l'adoption de plusieurs lois progressistes, notamment la loi ayant mené à l'implantation du programme de médiation familiale gratuite au Québec pour les parents avec enfants à charge. Aussi, elle se dit particulièrement fière de la première loi pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion qu’elle a pilotée et qui a été adoptée à l’unanimité au début des années 2000.

Me Goupil siège actuellement au Comité de discipline du Barreau, et donne à l'École du Barreau des cours en droit de la famille, droit des personnes, droit des successions, techniques d'entrevues et éthique.

Elle s’engage en outre pour l’accessibilité de la justice. Elle a d’ailleurs été récemment nommée présidente du conseil d'administration du Centre d'accès à l'information juridique.

Présentement, Me Goupil siège à Centraide Québec et Chaudière-Appalaches pour soutenir les plus démunis et sur le conseil d'administration de la Caisse populaire de Lévis.