Parajuriste et assistant(e) juridique : quelle est la différence ?
Parajuriste et assistant(e) juridique : quelle est la différence ?
Les titres de « parajuriste » et « assistant(e) juridique » ne sont pas des synonymes. Pourtant, bien des gens croient qu’ils sont interchangeables. Au point où, aux États-Unis, l’Association nationale des assistant(e)s juridiques a tenu à définir clairement les rôles de chacun pour éviter toute confusion.

Le site The Balance Careers décrit ces différences.

Le terme « parajuriste » implique que la personne qui occupe ce poste a reçu une formation spécifique en la matière. Par exemple, pour être membre de l’Association des parajuristes du Québec (APQ), il est requis d’avoir complété une technique juridique (310.CO) au cégep.

Les adjoint(e)s juridiques, quant à eux, ne font pas partie d’une association professionnelle et la formation pour y accéder est différente : une AEC plutôt qu’une technique est requise.


Les tâches

Les parajuristes assistent les avocats dans leur travail en effectuant des tâches qu’ils devraient faire eux-mêmes autrement, que ce soit pour de la recherche d’articles de loi ou encore la préparation de procès.

Les adjoint(e)s juridiques, quant à eux, occupent des tâches plus axées sur la prise de notes durant les rencontres et les réponses aux clients.

Les deux titres ne peuvent en aucun cas donner des conseils juridiques à des clients ou les guider vers une décision. Il ne peuvent pas non plus signer des documents juridiques. Ces tâches sont réservées à l’avocat.


Pourquoi la confusion ?

Selon The Balance Career, s’il y a autant de confusion entre les deux titres, c’est entre autres parce que certains cabinets aux États-Unis inscrivent parfois le titre de parajuriste plutôt qu’adjoint(e) juridique sur la facture des services d’un client pour réclamer une plus grosse somme.

La confusion serait telle que même certaines Cours américaines et plusieurs associations du Barreau chez nos voisins du Sud mélangeraient les deux titres !