Me Vanessa Lafleur
Me Vanessa Lafleur
Ce n’est pas exagéré : Verreau Dufresne est présentement en feu. Alors que le cabinet lévisien fêtera ses cinq ans cet automne, il vient de s’adjoindre quatre avocates, portant de cinq à neuf ses effectifs. Me Stéphane Verreau-Verge, l’un des coassociés fondateurs, nous en parle.

Les affaires vont bien, admet sans détours l’avocat. En effet, Me Vanessa Lafleur a rejoint Verreau Dufresne il y a deux mois. Elle se spécialise en droit de la construction et en droit administratif, alors qu’elle se charge des dossiers devant le Tribunal administratif du Québec (TAQ), la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) et le Tribunal administratif du travail (TAT).

Me July Roy
Me July Roy
Puis, triple embauche tout récemment, alors qu’ont fait leur entrée Mes July Roy, Myrlène-Ève Arel et Rosalie Dégarie. La première travaillera en droit criminel et pénal, principalement pour la clientèle d’affaires du cabinet, la seconde œuvrera en droit administratif et immobilier, alors que la troisième se spécialisera dans les affaires municipales.

L’idée est de créer une équipe multidisciplinaire, non seulement pour l’importante clientèle d’affaires du groupe, mais aussi pour les particuliers.

Me Myrlène-Ève Arel
Me Myrlène-Ève Arel
Pour faire entrer tout ce nouveau monde, la firme déménage. Alors qu’elle se situe présentement dans le Centre des congrès, à Lévis, elle traversera la rue pour s’installer dans l’Édifice Maurice-Tanguay. Dans ces nouveaux locaux, deux ailes distinctes : une pour le droit criminel et pénal et le droit familial, et l’autre pour le litige civil et le droit des affaires.

Si Lévis est en quelque sorte son « siège social », Verreau Dufresne a aussi des avocats à Montmagny ainsi qu’un bureau satellite à Québec. « Dans cinq ans, nous prévoyons avoir des places d’affaires un peu partout au Québec, déclare Me Verreau-Verge. Éventuellement, nous visons nous installer aussi à Montréal », dit-il.


Équipe jeune et techno

Ce n’est pas tout : le cabinet, qui a conçu il y a trois ans une application personnelle pour sa gestion, est déjà en processus de refonte de celle-ci.

Me Rosalie Dégarie
Me Rosalie Dégarie
Qu’entend-on par « application de gestion »? « À la manière du logiciel JurisEvolution, l’idée est de pouvoir faire le suivi des dossiers en ligne, de pouvoir entrer ses heures dans chaque dossier, et autres », explique Me Verreau-Verge. Éventuellement, le logiciel ainsi conçu pourrait être utilisé par d’autres cabinets.

Autre particularité de l’équipe : la moyenne d’âge est très basse! « C’est un énorme avantage, confie Me Verreau-Verge. Même s’il y a beaucoup de formation à faire au début, ça devient rapidement un atout d’avoir une équipe jeune », déclare-t-il.

Me Stéphane Verreau-Verge
Me Stéphane Verreau-Verge
Ainsi, la réalité est différente pour les plus jeunes juristes. On cherche une conciliation travail-famille, un équilibre entre sa vie privée et professionnelle et un horaire flexible. Les membres de l’équipe travaillent régulièrement ensemble : les dossiers en collectif ne sont pas rares.

De plus, on prévoit d’inclure des salles de détente et d’échange dans les nouveaux locaux. « On veut même une PlayStation! » lance Me Verreau-Verge.

Il y a fort à parier que le cabinet prendra encore de l’expansion dans les années suivantes. Me Verreau-Verge voit grand : il veut que sa firme devienne « le meilleur employeur au Québec! »


Les bureaux de Verreau Dufresne
Les bureaux de Verreau Dufresne