Firoz Dattu, fondateur de AdvanceLaw
Firoz Dattu, fondateur de AdvanceLaw
Aux États-Unis en tout cas, plusieurs plateformes existent et ont pour but d’évaluer les performances des avocats qui sont appelés en renfort par des services juridiques.

Beaucoup de clients utilisent toujours le bouche-à-oreille comme principale méthode pour trouver le meilleur cabinet d'avocats qui le représentera, mais quelques pionniers sortent des sentiers battus et cherchent de nouveaux moyens pour se faire connaître, explique le site internet Law360.

Certain essaye d’utiliser les données pour évaluer les différents cabinets et sélectionner leurs meilleurs avocats. Pourtant, ces efforts n’ont pas porté leurs fruits en raison d’un manque de cohérence des données.

En savoir plus:
L’association des conseillers juridiques d’entreprise (ACC) du Québec tient son premier congrès aujourd’hui au Club Saint-James de Montréal.
Qui seront les conseillers juridiques de l’année ?


Un indice des valeurs

En 2009, l’Association des conseillers juridiques (Association of Corporate Counsel) a lancé son indice de valeur de cabinets d'avocats dans le but de créer un ensemble standard de critères d’évaluation.

Rapidement, le programme est tombé dans les limbes, car il nécessitait beaucoup de temps et d’efforts de la part du personnel dédié au projet.

L’idée derrière le programme n’est pas morte et les conseillers juridiques sont toujours à la recherche de moyens nouveaux et novateurs pour obtenir un aperçu de la performance des cabinets d'avocats.

Une façon dont ils commencent à le faire est à travers des organisations à but lucratif telles qu’AdvanceLaw et Qualmet.

Près de 200 avocats de différentes entreprises comme Google, Nike ou Mastercard utilisent actuellement AdvanceLaw pour sélectionner des avocats externes, partager des informations et acheter des services juridiques auprès d’un panel d'environ 25 cabinets d’avocats.

C’est ainsi qu’AdvanceLaw sélectionne environ 25 cabinets d’avocats tous les deux ans, puis les entreprises participantes font appel à leurs services. Les avocats en interne partagent ensuite des informations sur leur performance, ce qui permet d’affiner les données.

« C'est comme si nous accélérions le bouche-à-oreille », a déclaré Firoz Dattu, fondateur de l'entreprise. « Notre but est que les conseillers juridiques trouvent plus facilement des avocats externes. Nous voulons aussi que les cabinets se fassent concurrence pour obtenir une place au sein du groupe et donc, donnent le meilleur d'eux-mêmes », dit-il.

Lorsqu’un conseiller juridique rejoint le groupe, il accepte de remplir une évaluation chaque fois qu’il fait appel à un avocat à l’externe par le biais d'AdvanceLaw.

Il doit répondre à des questions sur l’expertise juridique de l’avocat trouvé sur AdvanceLaw, ses qualités, sa réactivité, son efficacité.

AdvanceLaw fait également un suivi auprès des conseillers juridiques pour leur demander quels facteurs les ont incités à évaluer comme ils l'ont fait.

« Les fournisseurs les plus performants sont récompensés », dit Dattu.

Qualmet, une autre entreprise qui rassemble et partage les données sur les performances des cabinets d’avocats, a officiellement lancé sa plateforme il y a peu.

Elle regroupe les évaluations des avocats externes par des avocats internes et des services juridiques.

Qualmet donne aux avocats la possibilité de faire des comparaisons entre différentes entreprises en évaluant la performance des avocats dans six domaines.

Ces paramètres sont entre autres la performance globale, la gestion des ressources, la pertinence commerciale, ou encore les résultats.

Le tableau de bord et les commentaires générés via la plateforme sont ensuite partagés.

« Nous croyons fermement que plus la transparence est grande, plus il y a de possibilités de discussions axées sur la performance, mieux le cabinet peut s’aligner et offrir de meilleurs services », poursuit James Beckett, le président-directeur général.

Cependant, il y a encore ceux qui n’ont pas vraiment confiance dans les systèmes de notation et préfèrent la méthode du bouche-à-oreille pour trouver des avocats externes.

Mike Roster, ancien avocat de l'Université de Stanford et co-président du comité de pilotage du Défi Valeur de l’Association des conseillers juridiques a généralement une bonne connaissance du marché et est capable d’appeler un collègue dans un autre cabinet quand il a besoin de conseils.

Et vous, comment trouvez-vous vos avocats externes ?