Stikeman et Davies dominent leurs concurrents canadiens à l’échelle mondiale
Stikeman et Davies dominent leurs concurrents canadiens à l’échelle mondiale
Quels cabinets se démarquent tant sur la scène mondiale que canadienne dans le marché des F&A?
Stikeman et Davies dominent leurs concurrents canadiens à l’échelle mondiale, révèlent les plus récentes données sur la valeur des fusions et acquisitions de Thomson Reuters.

McCarthy y fait également bonne figure.

Au Canada, Stikeman et Torys dominent, tandis que Davies et Stikeman se démarquent fortement aux États-Unis.

La compilation du nombre de transactions annoncées et complétées ainsi que leur valeur totale porte sur les neuf premiers mois de 2018, soit les trois derniers trimestres.

Les champions du monde

Ainsi, pour la valeur totale des transactions complétées à l’échelle mondiale, Stikeman Elliot et Davies Ward Phillips & Vineberg sont les deux seuls cabinets canadiens à se hisser dans le top 20 mondial. Stikeman a conclu des transactions totalisant 127,9 milliards $US.

Davies et Stikeman se démarquent également en Europe. Ce dernier affiche ainsi des transactions complétées totalisant 73,7 milliards en Europe, auxquelles s’ajoutent 65,9 milliards $US en Allemagne.

Davies affiche quant à lui 91,5 milliards $US en Europe, 63,8 en Allemagne et 26,6 au Benelux.

Osler Hoskin & Harcourt se démarque également hors des frontières canadiennes, avec des transactions complétées en Espagne, en Italie, en Australie et en Corée du Sud pour un total dans ces quatre pays approchant les 8 milliards $US.

Blake Cassels & Graydon ferme la marche des cabinets canadiens figurant dans ce palmarès mondial, avec des transactions complétées en Espagne, en Australie et en Corée du Sud totalisant 6,7 milliards $US.

McCarthy Tétrault se positionne avantageusement au chapitre des transactions annoncées, qui s’élèvent à 135 milliards de dollars US. Toujours pour transactions annoncées, mais non encore complétées, McCarthy annonce des transactions de 91 milliards en Europe, de 76 milliards au Japon et de 12,6 milliards au Benelux.

Au Canada

C’est un marché baissier, tant pour le nombre de transactions que pour la valeur totale de ces dernières, qui afflige les cabinets spécialisés en F&A au Canada.

Pour les neuf premiers mois de l’année, les 161,5 milliards de dollars US de transactions complétées par les 20 plus importants cabinets du secteur représentent une baisse de 20 % par rapport aux neuf premiers mois de 2017.

Quant aux 1 845 transactions enregistrées, c’est 243 de moins que pendant la période correspondante de 2017, soit une baisse de 16,6 %.

Le top 5 des cabinets ayant réalisé les plus importantes est dominé par Stikeman et Torys, qui cumulent chacun plus de 50 milliards de dollars US en transactions complétées.

Stikeman, avec 78 transactions totalisant 59,3 milliards de dollars US, domine les cabinets canadiens.

Torys suit derrière avec 34 transactions complétées pour un total de 53,5 milliards.

Viennent ensuite Blakes, dont les 85 transactions valent 44 milliards, Osler, qui a piloté 49 transactions pour 42 milliards et Skadden, qui ferme la marche avec 14 transactions totalisant 40,2 milliards de dollars US.

Chez l’Oncle Sam

Au moins trois cabinets canadiens se démarquent au sud de la frontière pendant les trois premiers trimestres de l’année.

Ainsi, dans le secteur de la consommation discrétionnaire, Davies occupe 47 % de parts de marché quant aux transactions annoncées. Et ce, avec une seule annonce dont la valeur s’élève à 26,6 milliards de dollars US.

Pour les neuf premiers mois de 2018, aux États-Unis, Blakes domine les annonces de transactions ciblant une société américaine dans le secteur industriel, où le cabinet occupe 20 % du marché. Le cabinet a ainsi annoncé quatre transactions, pour une valeur de 14,5 milliards de dollars US, ce qui lui confère une part de marché de 20 %.

Mais encore ici, ce sont Davies et Stikeman qui dominent leurs concurrents canadiens, et ce, dans les segments des cibles américaines, des sociétés publiques et ceux des sociétés privées.

Davies a complété un total de 317 milliards $US en transactions.

Stikeman suit non loin derrière, avec 270 milliards $US.