L’importance de la ponctualité

Les insolites de la semaine!
Les insolites de la semaine!
Les frères Jesse Tremblay et Billy-Jos Tremblay sont arrivés deux heures en retard à leur procès au Palais de justice de Chicoutimi.

Après les avoir appelés à deux reprises, le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a émis deux mandats d’arrêt à leur encontre, rapporte Le Quotidien.

Le duo a ensuite été mis en état d’arrestation, et relâché le jour même.

Un projet fou

Le projet de Me Jeffrey Berns est fou : construire une communauté autour de la blockchain au milieu des terres d’Apple et de Tesla pour 170 millions de dollars américains.

C’est le pactole qu’a déboursé Blockchains L.L.C., la compagnie de l’avocat pour devenir propriétaire d’un terrain de 100 kilomètres carrés non loin de Reno, dans le Nevada écrit le New York Times.

Berns a décidé d’investir son capital personnel dans l’aventure. À l’heure actuelle, il a déjà dépensé 300 millions de dollars pour financer son rêve. Une addition salée qui comprend l’achat de 67 000 hectares, la construction de bureaux et la mise en place d’une équipe de 67 employés.

Il est prévu de construire un campus dédié aux nouvelles technologies et une aréna destinée à accueillir des compétitions de e-sport.

Et si ce projet est rendu possible, c’est évidemment grâce à la fortune qu’il a amassée entre 2015 et 2018. L’avocat est devenu millionnaire en investissant dans la cryptomonnaie l’Ethereum. Il y avait investi en 2015, avant de revendre judicieusement son portefeuille l’année dernière, devançant ainsi l’effondrement du marché.

« Cela va soit être la chose la plus folle qu’on ait jamais vue, ou le crash le plus spectaculaire de l’histoire de l’humanité », déclare Jeffrey Berns au New York Times.

Contraint à être sobre

Un quinquagénaire japonais contraint à ne pas boire d’alcool réclame 15 000 dollars aux organisateurs d’un événement de dégustation de vins, rapporte La Presse.

En fauteuil roulant, on lui a indiqué qu’il valait mieux pour lui de rester sobre pour des raisons de « sécurité ».

L’homme porte plainte pour « discrimination injuste » et pour violation de la loi nationale sur la discrimination des handicapés.

« Les utilisateurs de fauteuils roulants ne causent pas toujours des accidents ni des ennuis à l'intérieur du magasin », a dit son avocat.

-Avec Céline Gobert