Sundae et Kevlar, deux chiens spécialisés en soutien aux victimes et témoins d’actes criminels.
Sundae et Kevlar, deux chiens spécialisés en soutien aux victimes et témoins d’actes criminels.
C’est le cas de Sundae, un chien policier, qui a aidé trois petites filles du Lac Saint-Jean à témoigner au palais de justice de Roberval des horreurs et sévices sexuels que leur aurait fait subir l’ancien conjoint de leur mère rapporte TVA Nouvelles.

Entraîné pour apaiser les victimes souffrant d’un traumatisme, Sundae a aidé les fillettes âgées de 6, 8 et 9 ans à passer à travers le récit de leur calvaire face à leur présumé agresseur et devant le juge de la Cour de Québec, Michel Boudreault.

À plusieurs reprises, la chienne de trois ans a notamment aidé la plus jeune des trois enfants à affronter ses souvenirs. Lorsque la fillette a fondu en larmes une première fois, Sundae a même déposé sa patte sur elle et posé sa tête sur ses genoux.

L’enfant a néanmoins fini par craquer face aux questions et s’est réfugiée hors de la salle d’audience en serrant le chien dans ses bras.

« L’enfant fondait en larmes. Elle refusait de retourner dans la salle. J’ai réussi à convaincre la petite en lui offrant de placer Sundae à sa portée » témoigne Gilbert Lemelin, maître-chien et enquêteur au soutien des victimes de la SQ.

Une fois le chien à sa hauteur, la petite fille a pu continuer son récit tout en le caressant.

Une aide indispensable à la tenue de certains procès

Les chiens-soutien Mira qui aident les victimes à parler permettent parfois de sauver des procès sur le point d’avorter faute de témoignages consistants, notamment dans des cas impliquant des enfants.

« On a beau dire que des études démontrent le bienfait des animaux lorsque des gens présentent des symptômes de stress, il faut le vivre et le voir », affirme Gilbert Lemelin.

Me Julie Lavoie, la procureure de la Couronne, abonde dans son sens. Elle souligne que le chien est aussi très utile en dehors de la salle de cour, faisant des longues périodes d’attente des moments plus chaleureux.

« Le Code criminel prévoit que tous les moyens sont permis pour faciliter l’accès à la justice aux victimes et témoins vulnérables. Je crois sincèrement que le chien d’assistance est vraiment aidant » conclut-elle.