Les femmes représentent désormais 46 % des avocats.
Les femmes représentent désormais 46 % des avocats.
Si, sans surprise, les hommes blancs continuent de dominer les rangs des associés et des avocats dans les cabinets américains, il y a tout de même quelques bonnes nouvelles du côté des femmes.

Vivia Chen a fouillé le 2018 Vault/MCCA Law Firm Diversity Survey et a fait le point dans The American Lawyer.

  • Les femmes représentent désormais 46 % des avocats et plus de 20 % des associés actionnaires (même si elles sont bien plus nombreuses parmi les non-actionnaires, ce 20 % est néanmoins une étape).

  • De plus en plus de femmes sont promues associées : 38 % en 2017. Soit un gain impressionnant de 30 % en dix ans.

  • Les femmes sont encore plus nombreuses parmi les associés recrutés chez la concurrence : 28 % en 2017, contre 24 % en 2016.

  • Il y a plus de femmes qu’il n’y en a jamais eu parmi les nouveaux associés actionnaires : 29 % en 2017.

  • De plus en plus de femmes occupent les postes de management, que ce soit dans les comités de direction, dans les départements de pointe des cabinets, ou parmi les chefs de bureaux…

  • Le nombre de juristes de couleur progresse à tous les niveaux, des avocats aux dirigeants en passant par les associés : dans les cabinets, ils représentent 17 % des avocats et 9 % des associés. Et les femmes de couleurs représentent la plupart des nouvelles embauches.

Tout cela est plutôt encourageant. Seulement les femmes de couleur ne profitent pas de la même façon des avancées obtenues par les femmes en général. Malgré un bond dans l’embauche de femmes issues des minorités, deux tendances sont troublantes.

Plus de départs

Les progrès en terme de longévité dans un poste concernent surtout les femmes blanches. Celles-ci quittent de moins en moins leur cabinet. À l’inverse, les avocates de couleur quittent leur cabinet de plus en plus.

Pourquoi ce phénomène prend-t-il de l’ampleur? Une première explication serait que les femmes issues des minorités visibles se voient souvent proposer des offres d’emploi très attractives et partent donc plus vite.

Une autre explication est moins glorieuse. Les femmes de couleur auraient le sentiment que, pour elles, le chemin est plus long pour progresser dans leur carrière et devenir associée.

Selon Vera Djordjevich, directrice du management chez Vault, elles sont moins heureuses dans leur travail que leurs consoeurs ou que leurs homologues masculins car elles sentent qu’elles n’ont pas les mêmes tâches ou le même mentorat et sont donc moins optimistes quant à leur avenir professionnel.

Les a priori sont encore très forts. S’il faut célébrer le progrès des femmes blanches au sein des cabinets, il ne faut pas oublier qu’il y a encore du chemin à faire pour que les avocates de couleur trouvent leur place.