Me Jonathan Pierre-Étienne.
Me Jonathan Pierre-Étienne.
L’année 2019 fut « une super année », se réjouit au téléphone Me Jonathan Pierre-Étienne, président du Jeune Barreau de Montréal (JBM), tout récemment couronné du titre de Juriste de l’année par la rédaction de Droit-inc.

L’avocat entame donc la seconde année de son mandat, enthousiasmé par les gros chantiers à venir : la publication d’un Guide des petites créances présentant l’ensemble des étapes constitutives d’un recours à la Division des petites créances de la Cour du Québec, mais également d’un Guide d’organisation du travail et de facturation pour les avocats de pratique privée qui acceptent les mandats d’aide juridique.

Ce dernier a notamment pour but d’aider les avocats de pratique privée à travers toutes les étapes de cheminement d’un dossier d’aide juridique, de l’inscription à titre d’avocat acceptant des mandats d’aide juridique en passant par la vérification de l’admissibilité d’un client jusqu’aux processus de facturation.

«On va accomplir de belles affaires!», lance Me Pierre-Étienne, alors qu’il se trouve en ce moment à Bruxelles, en Belgique, accompagné de tout le comité exécutif du JBM pour siéger sur le jury des concours oratoires.

Il évoque également avec fierté l’édition 2018 de la Clinique juridique téléphonique, « le joyau du JBM depuis 31 ans », dit-il, qui - et c’est un scoop ! - va devenir pancanadienne au printemps prochain.

Non seulement les juristes québécois (plus de 300 bénévoles) continueront à conseiller les citoyens, mais l’initiative s’étendra aux avocats des autres provinces, de l’Ontario à la Colombie-Britannique. À suivre donc…

De plus en plus d’appels

Au total, l’an passé, ce sont plus de 6000 citoyens au Québec qui ont bénéficié des conseils des avocats à travers tous les Services juridiques pro bono offerts gratuitement par le JBM.

« D’année en année, on voit une augmentation du volume d’appels, commente Me Pierre-Étienne. De 2000 appels en 2017, on est passés à 3000 appels en 2018. Le besoin est là, criant, et on va continuer à y répondre en promouvant l’importance de l’accessibilité à la justice.»

Ce n’est pas la seule initiative que le JBM a entamé en 2018. En fait, il y en a plusieurs.

Parmi elles, citons sa contribution au Répertoire des initiatives en matière de petites créances, son implication avec une organisation dont la mission est de prévenir le décrochage scolaire chez les jeunes, ou encore son association avec l’Office de la protection du consommateur et la Clinique de Médiation de l’Université de Montréal pour offrir l’expertise de médiateurs accrédités dans la résolution de plaintes déposées à l’OPC.

Et maintenant?

En 2019, Me Pierre-Étienne identifie l’augmentation des tarifs de l’aide juridique comme l’un des gros chantiers du JBM, mais aussi de l’ensemble des acteurs juridiques.

Sa vision de la pratique pour les jeunes avocats est sans appel : celle-ci devra se moderniser, estime-t-il.

«On mise beaucoup sur la technologie de l’information. En 2019, nous aurons une super belle édition de notre événement Legal IT, il est clair que l’avenir de la pratique ne se fera pas sans innovation, et le Québec est une fleuron en la matière.»

Pour lui, il n’y a pas de doute : l’avocat qui voudra améliorer l’accessibilité à la justice se devra d’être « moderne et efficace ».

Les universités devront travailler dans ce sens, poursuit-il, notamment en adaptant le contenu de leurs cours (désuet) aux nouvelles réalités et en préparant ainsi adéquatement les juristes à penser différemment.

«Le droit doit être enseigné non seulement de façon différente qu’il l’était il y a 100 ans, mais aussi qu’il y a 20 ans », conclut-il.

Le JBM promet aussi une foule d’initiatives en 2019 : servir des repas chauds aux itinérants lors du 25e Souper à la Maison du Père, ou encore collaborer au projet de recherche Accès au droit et à la justice (ADAJ) sur les chantiers concernant l’autoreprésentation et le plaideur citoyen ainsi que les mesures de l’accès à la justice (coûts financiers et humains).

Et, bien entendu, encore une fois : la fameuse Clinique juridique téléphonique, qui aura lieu en avril et octobre prochains.