Me Michelle Fang est à l’origine de l’initiative.
Me Michelle Fang est à l’origine de l’initiative.
Plus de 170 avocats d’entreprises ont signé une lettre ouverte, adressée aux grands cabinets d’avocats, déplorant que les nouveaux associés « restent en majorité des hommes et des Blancs ».

La lettre appelle les entreprises à se tourner vers des cabinets qui prônent la diversité et l’inclusion, rapporte Christine Simmons dans The American Lawyer.

Les signataires sont juristes en chef dans des petites ou grandes entreprises de différents secteurs, comme Google Fiber, Heineken USA, Lyft, Mozilla, Vox Media…

En plus d’une diffusion globale, certains d’entre eux ont prévu d’envoyer des copies de la lettre aux sociétés avec lesquelles ils travaillent, en leur demandant de la partager avec leurs partenaires, comme le précise Me Michelle Fang, responsable juridique de la société de covoiturage Turo et à l’origine de l’initiative.

La lettre résulte des réactions qu’ont provoqué les dernières promotions d’associés de grands cabinets comme Paul Weiss, où les femmes et les personnes issues de la diversité faisaient cruellement défaut.

Un bon retour sur investissement

Me Fang explique qu’un vaste réseau d’avocats généraux ont discuté de ces disparités d’un cabinet à l’autre et ont convenu qu’une lettre ouverte adressée aux entreprises aurait un impact plus fort que des conversations privées.

« Nous attendons des cabinets d'avocats externes auxquels nous faisons appel qu’ils reflètent la diversité de la communauté juridique, comme des entreprises et de leurs clients », peut-on lire dans la lettre.

Me Fang considère que la lettre valide la démarche des entreprises qui font preuve d’inclusion et les incite à poursuivre dans ce sens, tout en constituant un ultimatum envers les entreprises qui ne font aucun effort en terme de diversité.

« Ces efforts en faveur de la diversité et de l'inclusion ont un bon retour sur investissement. Cela permet de décrocher plus de clients, plus d'avocats talentueux et plus d’affaires juridiques », insiste l’avocate.