Anastasia Konina, organisatrice de cette journée.
Anastasia Konina, organisatrice de cette journée.
Le 25 février prochain aura lieu la Conférence des chercheurs en intelligence artificielle et droit présentée par le Laboratoire de cyberjustice de l’Université de Montréal, au Pavillon Jean-Brillant.

La première édition de cette journée soutenue par le projet d’Autonomisation des acteurs judiciaires par la cyberjustice et l’IA (AJC) ainsi que la Conférence internationale sur l’intelligence artificielle et le droit (ICAIL), comportera sept heures et demie de formation.

Elle mettra en vedette une panoplie d’experts en intelligence artificielle issus des quatre coins du globe.

« L’influence de l’intelligence artificielle dans le droit est énorme. L'événement permettra d’expliquer et de comprendre tous les changements qu’elle amène présentement », détaille à Droit-Inc Anastasia Konina, organisatrice de cette journée.

Un événement multidisciplinaire

Afsaneh Doryab et Andrew Selbst sont les deux invités d’honneur.
Afsaneh Doryab et Andrew Selbst sont les deux invités d’honneur.
Les conférenciers issus du monde du droit, de la politique ainsi que de l’informatique présenteront quatre panels.

Deux invités d’honneur, Afsaneh Doryab de l’Université de Carnegie Mellon ainsi que Andrew Selbst du projet sur la société de l'information de la Yale Law School livreront également des discours.

Ceux-ci traiteront de plusieurs sujets, passant de l’éthique à l’application de diverses technologies, de leur utilisation par les juges jusqu’aux divers projets d’intelligence artificielle à venir.

« Disons qu’on a vraiment fait appel à notre créativité pour choisir tous ces sujets! » raconte l’organisatrice en riant.

Tous les professionnels ainsi que les étudiants issus du monde du droit sont bienvenus à l'événement qui débutera à huit heures.

« Ils auront l’occasion de constater les changements qu’apporte l’intelligence artificielle dans le monde du droit en plus d’avoir un aperçu de ce qui les attend dans le futur », indique la candidate au doctorat.

Elle ajoute que si l'événement connaît le succès escompté, il pourrait être répété en 2021. Une histoire à suivre...