Heidi K. Brown, aujourd'hui professeure à l'école de droit de Brooklyn.
Heidi K. Brown, aujourd'hui professeure à l'école de droit de Brooklyn.
On ne les entend pas mais ils sont pourtant bien là : certains avocats souffrent d'une peur panique à l'idée de s'exprimer en public. Et loin de renoncer à leur vocation, ils se font violence au quotidien.

Le journal de l'Association du Barreau américain publiait récemment le témoignage de l'une de ces avocates. Heidi K. Brown est aujourd'hui professeure à l'école de droit de Brooklyn mais a plaidé pendant 20 ans.

« J'ai toujours eu peur de parler en public. Je me sentais mal avant chaque négociation combative, chaque déposition et chaque expérience en salle d'audience », témoigne-t-elle.

Le syndrome d'imposteur

La conséquence directe d'une telle situation : un sentiment d'imposture. « Pendant des années, j'ai cru que j'étais une imposteuse. Comment pourrais-je être une avocate plaideuse ou même tout simplement une avocate décente si les aspects liés au rendement de mon travail me procurent une telle angoisse? »

Heidi K. Brown raconte avoir cherché de l'aide, en vain. « Pendant des années, j'avais entendu des mantras tels que, "Exerce-ce toi! La préparation élimine l'anxiété de parler en public!" Ou, "Fais-le, c'est tout! Tout le monde est nerveux. Si tu n'es pas nerveux, ça veut dire que tu t'en fous."

Après avoir testé ces conseils, l'avocate s'est rendu compte qu'ils ne fonctionnaient tout simplement pas sur elle. En effet, ignorer nos pensées négatives et nos réactions physiques automatiques au stress n'aiderait pas à gérer l'anxiété d'une manière constructive.

À la place, elle a décidé de s'attaquer à la cause de son anxiété : la peur du jugement et de la critique. Elle recommande ainsi de retranscrire par écrit nos pensées négatives : « Ils vont penser que tu es incompétente, « tu vas rougir, et ils vont sentir la faiblesse »…

Le rôle du corps

Ensuite, l’avocate conseille de rechercher les sources de ces pensées : des parents, des professeurs ou des figures d'autorité, peut-être même des personnes bien intentionnées. L'idée n'est pas de le leur reprocher mais de comprendre que ces messages sont désuets ne sont plus pertinents pour votre vie professionnelle actuelle.

Outre cette préparation mentale, il ne faut pas sous estimer le rôle du corps. Heidi K. Brown raconte qu'avant, lorsqu'elle était en situation de stress, elle se repliait vers l'intérieur, qu'elle se faisait toute petite, qu'elle croisait ses membres, qu'elle essayait de se protéger contre une menace perçue.

L'avocate a donc mis en place une nouvelle approche physique basée sur la respiration et des postures d'ouverture.

Si elle avoue être toujours nerveuse avant de prendre la parole en public, elle reconnaît être maintenant 100 % elle-même plutôt que de s'acharner à répéter et à faire semblant.

Et vous, comment faites-vous pour vaincre votre angoisse de parler en public?