Quand on est avocate, on s'expose à de petites phrases pernicieuses...
Quand on est avocate, on s'expose à de petites phrases pernicieuses...
Si l'on a tendance à penser que les avocats, en tant que connaisseurs et défenseurs du droit, pourraient être plus ouverts à la présence de femmes dans la profession, la réalité est toute autre.

Voici cinq petites phrases et sous-entendus que les avocates entendent forcément au cours de leur carrière.

À l'annonce d'une grossesse : « Je rappelle que le cabinet rembourse l’opération de ligatures des trompes. »

Après être arrivée au cabinet, pour faciliter l'intégration : « Toi, avec ton sourire, c’est sûr que tu vas attirer les clients. »

Au cours d'une conversation : « Avocat n’est pas un métier de femmes. Qui va s’occuper des enfants ? »

Petit dialogue dans les cours du palais de justice : « - Bonjour confrère. - Bonjour Mademoiselle. »

À l'annonce d'une grossesse bis : « On est d’accord, tu prends une semaine ou deux semaines max de congé maternité » (oui car malgré tout, vous êtes indispensable...).

Illustration signée par Léna Bojko, avocate et illustratrice.
Illustration signée par Léna Bojko, avocate et illustratrice.
Ces petites phrases ne sortent pas de notre imagination. Elles sont issues d'une exposition organisée par le barreau de Nantes, en France, pour dénoncer le « sexisme ordinaire » dans la profession...

Intitulée « Paye ta robe », l'événement propose une dizaine de panneaux sur lesquels sont retranscrits et illustrés des « petites phrases ou sous-entendus » auxquels des avocates ont réellement été confrontées. Les illustrations sont signées par Léna Bojko, avocate et illustratrice.