Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et de droit de l'UQAM.
Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et de droit de l'UQAM.
L'Université du Québec à Montréal (UQAM) organise le 25 mars un colloque intitulé « Quel avenir pour le Sénat du Canada? »

Conformément à la volonté de Justin Trudeau, les nouveaux sénateurs siègent maintenant comme indépendants et ne sont affiliés à aucun parti politique. Sur les 105 sénateurs, 54 sont donc désormais des indépendants.

« Ça fait quatre ans que le parti libéral est au pouvoir, ils ont pu nommer un grand nombre de sénateurs et on a un très grand nombre de sénateurs dits indépendants. Il est temps de faire un peu le bilan de cette transformation », explique Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et de droit de l'UQAM.

Le colloque entend donc faire le point sur « où on en est, quels ont été les transformations pratiques sur les sénateurs et les défis à venir », a-t-il précisé. « On a intérêt à ce qu'il y ait une réflexion sérieuse sur l'institution ».

Un événement rare

Au cours de cette journée, des universitaires, des sénateurs et un journaliste du Devoir échangeront. « C'est un événement rare. Parfois, dans les universités, on invite quelques députés ou quelques sénateurs mais là, c'est conjoint, il y a aura une parité entre sénateurs et académiques », a précisé Hugo Cyr.

Le colloque, qui ne se veut pas partisan, s'adresse à un large public.Tout d'abord, « à tout citoyen informé qui s'intéresse à la chose publique » mais aussi « les gens en droit constitutionnel et ceux qui s'intéressent à la politique ».

L'événement se tiendra de 9 h à 17 h à la Maison du développement durable, 50 rue Sainte-Catherine Ouest.