Jody Wilson-Raybould et Justin Trudeau, en conflit ?
Jody Wilson-Raybould et Justin Trudeau, en conflit ?
Un désaccord intervenu en 2017 entre Jody Wilson-Raybould et Justin Trudeau autour de la nomination du juge en chef de la Cour suprême du Canada aurait pu jouer un rôle dans le retrait à l'ex-ministre du portefeuille de la justice, croit savoir La Presse canadienne.

Le conflit serait parti de la proposition de Jody Wilson-Raybould de nommer un juge conservateur à la tête de la juridiction alors même qu'il n’y siégeait pas déjà et qu’il avait vivement critiqué le « militantisme » de la Cour au sujet des droits individuels.

Selon l'agence de presse, rapportée par Le Devoir, cette recommandation aurait constitué un épisode de « désaccord important » avec le premier ministre.

Pas de commentaires

Si le cabinet de Justin Trudeau n'a pas souhaité commenter l'affaire, Jody Wilson-Raybould a réfuté tout conflit tout en précisant qu'elle n'est « pas libre de commenter » la « véracité » des déclarations des sources.

Le juge en question serait Glenn Joyal, qui avait été nommé en 2011 par Stephen Harper au poste de juge en chef de la Cour du banc de la Reine du Manitoba.

L'ancienne ministre de la Justice aurait envoyé à Justin Trudeau un document de plus de 60 pages affirmant que M. Joyal devrait non seulement être nommé à la Cour suprême, mais aussi en être le juge en chef. Or, de toute l'histoire de la Cour, il n'est arrivé qu'une seule fois qu'un juge n'y siégeant pas déjà soit nommé à ce poste prestigieux.

C'est finalement Sheila Martin, juge aux cours d’appel de l’Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut, qui a été nommée pour occuper le siège vacant de l’Ouest canadien à la Cour suprême. Le juge québécois Richard Wagner a été nommé juge en chef.