Joshua Mesmer, du cabinet d’avocats Mesmer & Deleault.
Joshua Mesmer, du cabinet d’avocats Mesmer & Deleault.
Un avocat s’était défendu de souffrir d’apnée du sommeil pour expliquer son retard dans ses dossiers. Un comité de déontologie du New Hampshire recommande contre lui une suspension de son droit d’exercer durant 3 ans dont 18 mois avec sursis.

Joshua Mesmer, du cabinet d’avocats Mesmer & Deleault, est soupçonné d’avoir menti à ses clients concernant des tâches qu’il n’a pas accomplies alors qu'en même temps, il leur réclamait ses honoraires.

« Bien que M. Mesmer ait été peu attentif à de nombreuses affaires dans ce litige, a déclaré le comité, il n'oubliait pas de facturer ses clients et de faire des efforts pour collecter de l'argent qu'il n'avait pas gagné », explique le comité.

Me Mesmer avait affirmé que son apnée du sommeil l'avait rendu inattentif. Il avait aussi déclaré que cette maladie n'avait pas été diagnostiquée pendant des années, le rendant incapable de se concentrer, de faire plusieurs choses à la fois et de faire preuve de jugement.

L’expert médical de Me Mesmer a déclaré que l’apnée du sommeil pouvait provoquer l’oubli et nuire à la productivité du travail.

Mais le comité a conclu que le comportement de l’avocat « était grave et préjudiciable ».

L’avocat a déjà annoncé vouloir faire appel.

Aquaculture

Markos Scheer, actuel PDG de Premium Aquatics. Photo : Seafoodsource
Markos Scheer, actuel PDG de Premium Aquatics. Photo : Seafoodsource
Il y a deux ans, Markos Scheer travaillait comme avocat au sein du cabinet Williams, Kastner & Gibbs. Il représentait des sociétés de produits de la mer et des pêcheurs opérant de la Californie à la mer de Béring.

Peu à peu, il a commencé à découvrir le potentiel de la mariculture en Alaska. Il est à présent le PDG de Premium Aquatics, qui vient d’ouvrir une ferme d’algues et de crustacés dans la baie de Doyle, en Alaska.

« J'ai déménagé là en 1982 avec ma mère. De 1985 à 1997, j'ai travaillé pour une entreprise de produits de la mer en Alaska, et pendant 20 ans, j'ai représenté des entreprises de produits de la mer. Ces intérêts m'ont amené à la création de l'Alaska Mariculture Initiative », a-t-il expliqué.

On vous l’avait dit : le droit mène à tout !

Une collection porno détruite

Un homme poursuit ses parents pour destruction de sa collection de films pornographiques.
Un homme poursuit ses parents pour destruction de sa collection de films pornographiques.
Un homme qui a vécu pendant 10 mois chez ses parents dans le Michigan après son divorce les poursuit en justice, car ils auraient détruit sa collection de films pornographiques.

Sa valeur s’élèverait à 29 000 dollars si on prend en compte «l'attachement émotionnel».

Lorsque ses parents l'ont aidé à déménager, il manquait toute sa collection.

L’homme a d’abord tenté de porter des accusations au pénal contre ses parents pour la destruction de ses biens, mais les juges ont refusé.

Il a finalement envoyé à un agent de police 44 courriels contenant la liste des films qu’il estime que ses parents ont détruits. D’après lui, beaucoup étaient des films de grande valeur et difficiles à obtenir.

Le plaignant demande 86 822,16 dollars en dommages et intérêts.