Lane affronte Alepin pour le fauteuil de bâtonnier!
Lane affronte Alepin pour le fauteuil de bâtonnier!
Le 2 mai prochain, et pour la première fois, les avocats inscrits au Barreau de Laval devront choisir entre deux candidats pour élire leur prochain bâtonnier.

Traditionnellement, l'élection se fait par acclamation, le premier conseiller prenant automatique la relève du bâtonnier sortant. Le premier conseiller est quant à lui choisi parmi les membres les plus anciens du conseil d'administration.

« C'est unique comme situation », a réagi Me Maxime Alepin, l'actuel premier conseiller qui devait logiquement succéder à Me Normand Haché. « C'est une règle d'usage mais une règle qui est dans le meilleur intérêt du barreau ».

Me Bryan-Eric Lane, son concurrent, n'est pas de cet avis. Il justifie sa candidature par « l'inertie du Barreau de Laval et l'impression qu'il roule constamment sur la tradition ».

Une réforme en vue

Cette situation inédite suscite quelques crispations au sein du Barreau et le ton monte au fur et à mesure que l'élection approche.

Dans un message publié mardi sur son compte Linkedin, Me Lane fait par exemple état d'un souper qui aurait réuni le 17 avril dernier le bâtonnier actuel et 28 de ses prédécesseurs.

Ces derniers seraient tombés d'accord sur le fait que la réglementation entourant le barreau de Laval « devrait être révisée ». Ces modifications incluraient « la question de la composition et de l'accès au poste de premier conseiller et bâtonnier ».

« Monsieur le bâtonnier, quand on parle de changement, d’innovation, d’un Barreau plus rassembleur et plus accessible, on doit d’abord parler de consulter l’ensemble de nos membres et non uniquement de consulter le "conseil des anciens bâtonniers" », a réagi Me Lane.

Me Alepin s'est dit pour sa part « désolé du ton que cette campagne a pris, je prône plutôt les échanges et les discussions touchant les idées, le tout dans le respect ».

Les vidéos de la discorde

Les crispations ne s'arrêtent pas là. Bryan-Éric Lane a mis lundi en demeure le Barreau de l'autoriser à inclure un lien vers sa vidéo de campagne dans l'article du journal du barreau consacré aux différents candidats.

Me Haché avait refusé vendredi une telle possibilité en invoquant des questions de sécurité. Un argument que rejette Me Lane, qui estime que cette décision est « nuisible » à sa candidature, ainsi qu'à celle de Me Patricia Chamoun, candidate au poste de première conseillère qui a également produit une vidéo.

Le conseil d'administration a réitéré son refus ce mercredi à l'unanimité, à l'exclusion de Me Alepin et de Me Carole Tremblay, candidate au poste de première conseillère, qui n'ont pas pris part à la séance. Un refus « loin d’être justifié et (qui) ne favorise pas l’ensemble des candidats », selon Me Chamoun.

Dans sa décision, que Droit Inc a pu consulter, le conseil précise toutefois que les candidats pourront choisir « de faire figurer les mots clefs donnant accès ou l'adresse internet d'un site où ses positions et propositions sont plus amplement développées ».

Le scrutin aura lieu le 2 mai, à l'occasion de l’assemblée générale annuelle. Un scrutin par anticipation est aussi prévu du 29 avril au 1er mai.

Deux choix s'offrent donc aux quelque 800 avocats de Laval : d'un côté, la continuité, de l'autre, le changement.

La continuité

Me Maxime Alepin
Me Maxime Alepin
Qui ? Me Maxime Alepin, Barreau 2012
Il travaille où ? Cabinet Alepin Gauthier

Diplômé de l'Université d'Ottawa, Me Alepin pratique au sein du cabinet Alepin Gauthier, fondé par ses parents, depuis son admission au Barreau en 2012.

Me Alepin est impliqué au sein du Barreau de Laval depuis de nombreuses années, d'abord comme membre de comités, puis comme secrétaire du conseil d'administration et maintenant comme premier conseiller.

Pour lui, cette expérience est un préalable nécessaire à l'exercice d'un mandat de bâtonnier. « Douze mois ça passe vite, donc si tu prends six mois pour t'adapter, c'est compliqué... », a-t-il expliqué à Droit Inc.

Son programme, Me Maxime Alepin entend l'inscrire dans la continuité de son prédécesseur.

En matière de formation, l'avocat compte offrir aux avocats, pour l'année de son bâtonnat, au moins 30 heures de formation continue gratuite. Il assure néanmoins que ces heures ne seront pas financées par le biais d'une hausse des cotisations.

Me Alepin veut aussi consacrer son mandat à la relève. « Beaucoup de jeunes avocats ont besoin d'être entourés et outillés, ils aimeraient avoir accès à des connaissances d'expérience », croit-il savoir. Il envisage donc de mettre en place un programme de mentorat permettant aux avocats expérimentés de partager leurs connaissances.

Autre priorité pour lui : la disponibilité. Me Alepin compte ainsi dédier au moins une journée par semaine aux avocats du Barreau de Laval.

« Je suis prêt, j'ai fait mes classes, j'ai a été mentoré par le bâtonnier actuel », explique l'avocat.

Quant à son adversaire, Me Alepin assure « qu'il lui fera plaisir de l'impliquer au Barreau et de collaborer avec lui dans un comité ou autrement ».

Le changement

Me Bryan-Éric Lane.
Me Bryan-Éric Lane.
Qui ? Me Bryan-Éric Lane, Barreau 2005
Il travaille où ? Lane, avocats et conseillers d'affaire

Diplômé en droit de l’Université de Sherbrooke, Me Lane a été admis au Barreau en 2005. Après avoir pratiqué à Montréal chez Stikeman Elliott et chez BLG, il a monté son propre cabinet à Laval. Il est maintenant le chef de la direction du groupe composé des firmes LANE et Blanchard Lupien notaires, qui compte près d’une quarantaine d’employés.

« Ça fait plusieurs années que je pratique à Laval et j'ai constaté que très peu de gens s'intéressent au Barreau, il manque de dynamisme, les activités de formation sont toujours les mêmes et les événements rassemblent toujours les mêmes personnes », nous a-t-il confié.

L'avocat souhaite « un Barreau plus présent, qui fait la promotion de notre belle profession ». Me Lane prévient toutefois : il n'est pas là pour tout changer mais pour « rendre le Barreau plus proactif ».

Son programme prévoit d'améliorer l'offre de formation dans certaines matières, notamment en droit des affaires, en droit immobilier, en droit municipal ou encore en droit fiscal.

Bryan-Éric Lane veut aussi inciter les avocats à s'impliquer, notamment en augmentant le nombre d'événements organisés.

Il veut également favoriser le rapprochement avec d'autres professions comme les notaires, les comptables ou les fiscalistes. « Je crois que les rapprochements interprofessionnels seront bénéfiques pour nos membres et par incidence pour nos clients ».

Cette modernisation, pense Me Lane, doit aussi passer par l'amélioration du système de communication avec les membres. « Malheureusement, dans la dernière année, on ne savait pas vraiment ce qu'il se passait au niveau du Barreau ».

Enfin, Me Lane veut rendre plus autonome le Jeune Barreau de Laval. « À ma connaissance, le Jeune Barreau ne peut pas conclure ses propres partenariats ! Il doit passer par le Barreau », déplore-t-il. L'avocat entend donc « arriver à une relation de partenariat et de collégialité avec le Jeune Barreau, pour qu'on travaille de pair et qu'on fasse des projets ensemble ».

« Je suis un outsider. Je sais qu'on va me taxer d'inexpérience. On va me dire que le Barreau est là pour protéger le public mais ça passe aussi par le fait de rendre les avocats plus accessibles et favoriser la synergie avec les autres professionnels », conclut-il.