Me Joëlle R. Chiasson et Sara-Emmanuelle Dubois, Présidente de Novaxia.
Me Joëlle R. Chiasson et Sara-Emmanuelle Dubois, Présidente de Novaxia.
La section Environnement, énergie et ressources naturelles de l'Association du Barreau canadien (ABC-Québec) organise, le 9 mai, un déjeuner-causerie sur les acteurs de la chaîne de valeur des matières recyclables.

C'est la crise du recyclage qui dure depuis l'année dernière qui a justifié l'organisation de cette formation.

« II y a beaucoup d'inconnues, autant au niveau légal qu'au niveau des parties prenantes. On veut rendre le portrait plus clair et plus lisible », nous a expliqué Me Joëlle R. Chiasson, conseillère principale, affaires juridiques et gouvernementales chez Éco Entreprises Québec, qui interviendra comme conférencière.

« C'est un domaine vaste, qui a un historique et qui a énormément de potentiel dans les années à venir », a ajouté Sara-Emmanuelle Dubois, Présidente de Novaxia, une entreprise qui offre des services en matière de conformité environnementale aux acteurs de l'industrie de la récupération et du recyclage.

Au cours de l'événement, les deux conférencières expliqueront notamment l’ensemble de la chaîne de valeur des matières recyclables ainsi que les obligations légales qui pèsent sur les acteurs.

Un sujet peu connu des avocats

« Le contexte québécois est particulier, c'est un vaste territoire et la gestion des matières résiduelles représente un défi de taille. Ce n'est pas non plus le même mode opérationnel et l'accès au marché du recyclage est également différent », a précisé Sara-Emmanuelle Dubois.

Le sujet est d'intérêt pour les avocats. « C'est un sujet très peu connu par les avocats qui se retrouvent dans des dossiers en réaction, ils doivent pouvoir réagir rapidement et avoir de bons réflexes, une connaissance du milieu mais aussi des intervenants », a expliqué Me R. Chiasson.

Par ailleurs, dans le contexte de refonte de la Loi sur la qualité de l'environnement, il y a beaucoup d'enjeux et d'incertitudes, selon Sara-Emmanuelle Dubois. « La modernisation de la loi fait en sorte que la conformité des entreprises est centrale, et une non conformité peut avoir des conséquences légales importantes ».

Cette formation s'adresse autant aux conseillers juridiques qui travaillent au sein d'entreprises qui ont des matières résiduelles, qu'aux avocats de cabinets privés qui représentent des clients industriels ou oeuvrant dans le domaine environnemental ou des technologies.

L'événement se déroulera de 12h30 à 14h au siège d'ABC-Québec au 500 Place d'Armes. Un lunch sera offert dès midi.