Me Marine Ampezzan rejoint l'équipe de Canadian Future.
Me Marine Ampezzan rejoint l'équipe de Canadian Future.
Me Marine Ampezzan a rejoint l'équipe de Canadian Future en tant qu'avocate au mois d'avril. C'est dans ce même cabinet, spécialisé en droit de l'immigration, qu'elle a fait son stage du Barreau.

Originaire de France, Me Ampezzan a obtenu en 2013 une licence en droit à l'Université d'Aix-Marseille. L'année suivante, elle a rejoint Montréal dans le cadre d'une année d'échange à l'UQAM, où elle a suivi un diplôme universitaire de droit comparé en droit des affaires.

Bien que décidée à s'installer au Québec, Me Ampezzan est retournée une année en France. « Je voulais connaître une expérience de juriste pour voir si le métier d'avocate était bien celui que je voulais faire », nous a-t-elle expliqué.

De retour au Québec, elle passe ses équivalences à l'Université de Montréal. En 2017, elle entre à l'école du Barreau avant de devenir officiellement avocate l'année suivante.

Faire changer les choses

Chez Canadian Future, elle pratique en droit de l'immigration d'affaires et en droit des affaires. Cette discipline, elle l'a choisie en raison de son histoire personnelle.

« Je l'ai choisie par rapport à ma propre expérience en tant qu'immigrée, qui a connu les difficultés de s'installer dans un pays étranger, nous a-t-elle expliqué. C'est quelque chose que je voulais allier au droit des affaires ».

Pour elle, être avocat, c'est une possibilité « de faire changer les choses et certains a priori qui peuvent exister.» « Avoir des décisions équitables pour les personnes qui prennent la décision de venir immigrer, c'est ce qu'on s'attache à faire chez Canadian future », ajoute-t-elle.

Me Ampezzan a trouvé place au sein de ce jeune cabinet fondé en 2017. « C'est une petite équipe, donc la parole de tout le monde est importante. On a beaucoup de responsabilités et j'aime l'autonomie », a-t-elle précisé.

Parallèlement à son travail, Marine Ampezzan est mentor au sein de Cheminement équivalences. « Le bénévolat, c'est quelque chose de très important pour moi, ça a dirigé ma pratique ». Elle est d'ailleurs très impliquée depuis plusieurs années auprès des petits frères des pauvres.