Le juge Clément Gascon fait ses adieux à la Cour suprême.
Le juge Clément Gascon fait ses adieux à la Cour suprême.
Le juge Clément Gascon a tiré sa révérence sous les applaudissements après avoir entendu une dernière cause, jeudi matin, à la Cour suprême du Canada.

Le juge en chef Richard Wagner a tenu à souligner cette dernière en saluant « une personne d'exception ».

« Avant de nous retirer de la salle d'audience, je souhaite profiter de l'occasion pour dire quelques mots au sujet de notre ami et collègue le juge Clément Gascon », a déclaré le juge en chef alors que les derniers arguments dans une cause de protection des sources journalistiques venaient d'être livrés.

Il a parlé de sa « rigueur », de sa « dignité », de sa « sagesse ». Et il n'a pas passé sous silence les événements récents qui ont obligé le juge Gascon à dévoiler des détails de sa vie privée.

« Ce fut une démonstration de sincérité et de courage fort remarquables », a souligné le juge Wagner, faisant référence à la révélation faite par le juge sur ses soucis de santé mentale.

La semaine dernière, le juge Gascon a été porté disparu pendant quelques heures. La police d'Ottawa avait été alertée par sa famille. Le juge a fait savoir, mardi, qu'il avait été victime d'une « attaque de panique » et qu'il soignait depuis 20 ans des troubles d'anxiété et de dépression.

Son départ à la retraite annoncé pour le 15 septembre n'est pas associé à cet épisode.

Longue ovation

« La semaine dernière, j'avais dit au juge en chef que je voulais que le moment soit discret, que j'étais peu friand d'être le centre de l'attention. Bien malgré moi, j'ai fait tout mon possible pour que ce soit exactement le contraire », a offert en réponse aux éloges le juge Gascon, déclenchant les rires dans la salle d'audience.

Il a ensuite remercié sa famille, présente pour l'occasion, ses collègues du plus haut tribunal du pays ainsi que l'ensemble des juges et des avocats du pays.

« C'est un immense privilège de pouvoir être juge, surtout au sein d'une magistrature aussi solide que la magistrature canadienne », a-t-il confié à la petite salle qui lui a offert une longue ovation à la fin de son court discours, alors que sa collègue Sheilah Martin avait peine à retenir ses larmes.