Me Julie Belley Perron.
Me Julie Belley Perron.
Cela fait déjà plusieurs années que Me Julie Belley Perron s’implique au sein de l’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable (AQPER).

Pour l’associée de Langlois, rejoindre le volet biens et services du comité administratif de l’association n’était que la suite logique de son implication.

« Je connais et côtoie tous les membres depuis longtemps. Je suis heureuse de joindre un conseil qui mise sur des gens de grandes expertises et de réfléchir aux manières de faire avancer l’énergie renouvelable », lance-t-elle à Droit-Inc, au bout du fil.

Lors des dernières années, la Barreau 2004 a intégré le comité de cocréation de l’AQPER, par le biais duquel elle a été appelée à participer à des séances avec le ministère de l’Environnement.

Elle avoue que c’est cette implication qui lui a donné l’envie de s’investir davantage dans l’association.

« Je crois qu’on a un rôle concret au Québec, qui est d’adapter notre mode de vie en réduisant nos impacts environnementaux, tout en demeurant conscients de notre réalité économique, analyse-t-elle. Avec l’énergie renouvelable, on peut créer beaucoup d’emplois et miser sur une économie saine. »

Une expérience adaptée

C’est chez McCarthy Tétrault que l’ancienne de l’Université de Montréal a démarré sa carrière.

Avant de rejoindre Langlois, elle a passé près de dix ans en tant qu’avocate, puis directrice des affaires légales de Kruger, une entreprise québécoise œuvrant dans le domaine de l'industrie des pâtes à papier, de l'emballage et des spiritueux.

Le mandat qu’a accepté Me Belley Perron au sein du conseil d’administration de l’AQPER est d’une durée de deux ans. L’avocate assure que celui-ci n’affectera pas son travail d’associée au sein de son cabinet.

« Langlois supporte vraiment bien ce type de rôle. C’est une conciliation qui se marie bien avec la philosophie du cabinet », conclut l’associée.