L’avocate Ruth Petsch. Crédits : KATIE MOORE / KANSAS CITY STAR
L’avocate Ruth Petsch. Crédits : KATIE MOORE / KANSAS CITY STAR
Selon de nouvelles mesures de sécurité de la prison du comté de Jackson, au Missouri, les avocates qui visitent leurs clients doivent retirer leurs soutiens-gorge à armatures.

L’avocate Laurie Snell a raconté son expérience traumatisante à ce sujet au KCUR 89,3.

Après avoir fait scintiller l’alarme du détecteur de métal de la prison à quelques reprises, elle a retiré ses bijoux. L’alarme s’allumait toujours.

« J’ai dit à la sécurité “ça y est. Il ne reste plus aucun métal sur moi, sauf mon soutien-gorge à armatures” », a-t-elle expliqué.

Mais la sécurité lui a mentionné qu’aucune exception ne pouvait être faite. L’avocate s’est donc rendue à la salle de bain, a retiré son soutien-gorge, puis a réussi à passer le processus de sécurité.

Une fois de l’autre côté, elle n’a pas trouvé d’endroit isolé, si bien qu’elle a été forcée d’enfiler son soutien-gorge dans l’ascenseur, tout juste avant de voir son client.

« Techniquement, m’a-t-on demandé de retirer ma brassière? non. Mais officiellement, avais-je le choix? Je dois faire mon travail et je n’ai pas de temps à perdre. Ce n’est pas juste », a analysé la juriste.

Laurie Snell n’est pas la seule à avoir pointé ce processus de sécurité du doigt.

Lors d'une audition, l’avocate Ruth Petsch, a déclaré au juge David Byrn que la moitié de son équipe ne pouvait entrer dans cette prison en raison de leurs sous-vêtements.