Les associés Emily Geier et Josh Sussberg de Kirkland & Ellis s’en sont particulièrement mis plein les poches.
Les associés Emily Geier et Josh Sussberg de Kirkland & Ellis s’en sont particulièrement mis plein les poches.
Un juge de Virginie a approuvé un recours collectif intenté par les anciens employés de Toys R Us aux États-Unis, qui a déclaré faillite l’année dernière. Les 33 000 travailleurs se partageront 2 M$, soit environ 60$ chacun.

« Cela va payer ma facture de téléphone », a ironisé Michelle Perez, qui travaillait en tant que superviseure dans un magasin Toys R Us à Portland, dans l'Oregon, questionnée par CBS News.

Les avocats de Toys R Us, du cabinet Kirkland & Ellis, recevront quant à eux 56 M$ en honoraires…

Selon le New York Law Journal, 105 associés et 131 autres avocats de Kirkland & Ellis ont travaillé sur le dossier. Les associés Emily Geier et Josh Sussberg s’en sont particulièrement mis plein les poches, Geier facturant 3 302 759,50 $ au taux horaire oscillant entre 995 $ et 1045 $, et Sussberg facturant 3 112 342,50 $ au taux horaire de 1395 $ à 1480 $.

«Cela a vraiment montré à quel point le système de faillite est rompu. Cela nous a pris un an et nous gagnons un centime sur le dollar », a ajouté Mme Perez sur une note plus sérieuse.

Le juge Keith Philips de la Virginie a octroyé les 2 M$ aux employés à qui on avait annoncé qu’ils recevraient une indemnité de licenciement au début des procédures de faillite faisant partie d’un ensemble d’avantages qui a été annulé pendant les procédures judiciaires.

Le recours collectif avait été intenté devant le tribunal en 2018 au nom d'Ann Marie Reinhart, une employée de Toys R Us pendant 29 ans. Elle demandait que l'indemnité de licenciement soit traitée sur un pied d'égalité avec les réclamations administratives.

« C'est dommage qu'ils n'en reçoivent pas davantage, mais ce règlement envoie le message que les employés méritent une place de choix parmi les créanciers lorsque les entreprises échouent, ce qui est important pour les personnes qui travaillent dans le commerce de détail et leurs familles », a déclaré par voie de communiqué Jack Raisner, un avocat de Outten & Golden qui représentait Reinhart.