La juge Johanne Roy s’est montrée étonnée de la suggestion commune qui lui a été présentée. Photo : Coulissesdupalais.canald.com.
La juge Johanne Roy s’est montrée étonnée de la suggestion commune qui lui a été présentée. Photo : Coulissesdupalais.canald.com.
La juge Johanne Roy s’est montrée étonnée d’une suggestion commune de 30 mois de prison pour un père de famille qui a organisé une partie de « vérité ou conséquence » sexuelle avec son fils et son ami.

En 2018, l’homme de 57 ans a incité son fils ainsi que son ami invité à coucher chez lui à participer à une partie de « vérité ou conséquence » où sur des bouts de papier, il avait écrit des conséquences telles que se déshabiller, se masturber et faire des fellations.

Il s’était lui-même livré à la police 24 heures plus tard, se disant dégoûté de lui-même, et partageant des idées suicidaires. Son arrestation a mené à la découverte de pornographie juvénile sur son ordinateur.

Devant la juge Roy, le procureur de la Couronne, Michel Bérubé, et l’avocate de la Défense, Geneviève Bertrand, s’étaient entendus pour réclamer 30 mois de prison.

L’honorable Roy s’est dite « étonnée », elle qui s’attendait plutôt à quatre ans de prison.

« Les séquelles des victimes d’agressions sexuelles sont énormes », a estimé la juge. Elle a notamment parlé de l’ami du fils de l’accusé qui, la « confiance ébranlée », s’interroge sur son orientation sexuelle, puisque privé d’une « sexualité normale », selon ce que rapporte TVA Nouvelles.

La juge Roy a décidé de revoir le dossier en profondeur avant de décider de la sentence appropriée.