Samsung et Apple ont déposé une demande d’action collective au Palais de justice de Montréal. Photos : Sites Web de Samsung et Apple et Unsplash.
Samsung et Apple ont déposé une demande d’action collective au Palais de justice de Montréal. Photos : Sites Web de Samsung et Apple et Unsplash.
Des citoyens qui craignent d’être exposés à des niveaux importants de radiofréquences provenant de leurs téléphones Samsung et Apple ont déposé une demande d’action collective au Palais de justice de Montréal.

« De récentes études des produits des défendeurs démontrent que l’exposition potentielle subite par un détenteur transportant un téléphone dans ses pantalons ou dans sa poche de chemise est au-dessus de l’exposition maximale, parfois la dépassant de 500 pour cent », peut-on lire dans la requête obtenue par Droit-inc.

On apprend que ces demandeurs réclament un « remboursement complet des profits, des revenus et des bénéfices abusifs » des deux multinationales, ainsi qu’un « suivi médical ».

Ils souhaitent également obtenir un « remplacement de tous les modèles de cellulaires » par des « téléphones sûrs ».

Me Charles O’Brien représente les demandeurs.

Radiations nocives

Dans la requête de 45 pages, on explique que Samsung et Apple auraient violé de manière intentionnelle la loi de protection des consommateurs, en plus de ne pas avoir respecté la Loi sur les dispositifs émettant des radiations.

Ce texte interdit « de vendre, de louer ou d’importer un dispositif » qui représente « un risque de trouble génétique, de blessure corporelle, de détérioration de la santé ou de mort », le tout, passible d’amendes pouvant s’élever au-delà de mille dollars.

« Les membres de l’action collective n’ont pas reçu des produits de haute qualité (…) qu’un consommateur raisonnable aurait pu exiger », écrit-on dans la demande.
La semaine dernière, une action collective similaire était lancée aux États-Unis, en réaction à une enquête du Chicago Tribune. Celle-ci indiquait que les radiofréquences émises par les appareils dépassent les normes fédérales.