Me Marc Barbeau, président du cabinet et ancien membre du bureau de Londres. Photo : Site Web de Stikeman Elliott.
Me Marc Barbeau, président du cabinet et ancien membre du bureau de Londres. Photo : Site Web de Stikeman Elliott.
Stikeman Elliott a célébré le 50ième anniversaire de son bureau de Londres, au Royaume-Uni. Le cabinet affirme être le premier du Canada à avoir pignon sur rue dans la métropole.

Le 3 septembre dernier, Me Marc Barbeau, président du cabinet et ancien membre du bureau de Londres a livré ses réflexions sur l’histoire de ce bureau.

« Heward Stikeman venait d’avoir 21 ans lorsque, à l’occasion d’un voyage en Angleterre dans les années 30, il a rencontré le Lord Reading qui l’a encouragé à retourner au Canada, à étudier le droit, à se joindre au ministère du Revenu national, puis à devenir fiscaliste. Il a suivi ces conseils, puis s’est associé à Fraser Elliott », raconte-t-il.

« Au fil du temps, ils ont tous deux pris conscience bien avant tout le monde de la nécessité pour les avocats canadiens d’aller au-delà des frontières du pays. Voilà pourquoi, en 1969, soit moins de 20 ans après sa fondation, notre jeune cabinet a fait le saut de l’autre côté de l’océan pour ouvrir son deuxième bureau à Londres », ajoute-t-il.

Au cours des 50 dernières années, 11 directeurs principaux ont dirigé le bureau de Stikeman Elliott à Londres, dont Dean Koumanakos, présentement en poste.

« Maintenant, alors que nous célébrons le 50e anniversaire du bureau de Londres de notre cabinet, l’esprit pionnier de nos fondateurs nous anime toujours et nous continuons de concrétiser leur vision : transmettre le meilleur de nous-mêmes au service des autres », conclut Me Barbeau.