Éric Salvail. Photo : Ivanoh Demers
Éric Salvail. Photo : Ivanoh Demers
Il a été cité à procès à l’issue de l’enquête préliminaire mardi matin, au centre judiciaire Gouin, à Montréal.

« Il y a assez de preuve pour vous citer à procès », a déclaré le juge de la Cour du Québec Pierre Labelle en s’adressant à Éric Salvail.

Quelques instants auparavant, il avait demandé à l’homme de 50 ans de se lever, face à lui.

La citation à procès était une formalité puisqu’Éric Salvail ne la contestait pas. Il entend toutefois se défendre contre les accusations.

Éric Salvail voulait une enquête préliminaire afin de tester la preuve.
Mardi matin, quatre dernières personnes, deux hommes et deux femmes, ont rapidement témoigné, à la demande de la défense.

La poursuite ne leur a posé aucune question.

Une ordonnance de non-publication interdit de révéler l’identité de ces gens ou le contenu de leur témoignage.

Lundi, la victime alléguée Donald Duguay, 46 ans, a donné sa version des événements qui seraient survenus en 1993 à Montréal, au cours d’une période de huit mois.

Éric Salvail a choisi de subir un procès devant juge et jury. Il sera de retour en cour le 4 novembre prochain.

Il a quitté le tribunal avec son avocat sans faire de commentaires.