Me Jean-Philippe Caron est responsable du dossier. Photos : LinkedIn de Jean-Philippe Caron et videogamer.com
Me Jean-Philippe Caron est responsable du dossier. Photos : LinkedIn de Jean-Philippe Caron et videogamer.com
Le cabinet Calex Légal demande l’autorisation d’exercer une action collective contre le développeur américain Epic Games, derrière le populaire jeu vidéo Fortnite: Battle Royale.

L’avocat Jean-Philippe Caron, responsable du dossier, croit que le jeu a été « sciemment » conçu pour créer de la dépendance chez ses utilisateurs, et que l’éditeur omet d’indiquer les « risques et dangers » auxquels les joueurs se soumettent.

C’est la première fois qu’Epic Games est visée par une action collective, et ce, à travers le monde.

« Il y a une explication logique à ça. Il y a une clause dans les termes et conditions (du jeu) qui limite le droit d’exercer une action collective et qui est valide dans plusieurs juridictions, mais pas au Québec », a expliqué Me Caron à La Presse.

Ces procédures judiciaires permettraient selon lui de faire « avancer la société », de « protéger des personnes vulnérables » et de leur « apporter des connaissances ».

Les fautes commises par Epic Games seraient nombreuses en vertu du Code civil du Québec, de la Loi sur la protection du consommateur et de la Charte des droits et libertés de la personne, selon l’action collective.

La demande en Cour supérieure se base sur l’histoire de deux enfants qui ont développé une dépendance à Fortnite, le premier, âgé de 10 ans, a joué 1891 parties depuis décembre dernier, tandis que le second, qui a aujourd’hui 15 ans, a participé à 7781 parties, et ce, en moins de deux ans. Les jeunes ont développé des situations de confrontation avec leurs parents et ont englouti leurs économies dans des produits dérivés du jeu.

Me Caron réclame d’autre part le remboursement de toutes les sommes versées à Epic pour l’achat d’accessoires pour jouer à Fortnite, en vertu de la Loi sur la protection du consommateur qui interdit la publicité destinée aux moins de 13 ans.

« C’est quand même assez spécial qu’un jeu gratuit soit le plus grand succès commercial de l’histoire du jeu vidéo! »