Environ 400 personnes ont participé au ProLab de la Chambre de la sécurité financière. Crédit: Bénédicte Brocard
Environ 400 personnes ont participé au ProLab de la Chambre de la sécurité financière. Crédit: Bénédicte Brocard
Environ 400 conseillers financiers et avocats se sont réunis hier au Centre Mont-Royal de Montréal pour souligner les 20 ans d’existence de la Chambre de la sécurité financière.

La CSF lançait par le fait même ProLab, une journée de conférence sur différents thèmes chers aux conseillers financiers qui évoluent dans un métier en évolution, notamment avec l’arrivée de l’intelligence artificielle.

Le parterre comptait d’ailleurs plusieurs avocats, dont la présidente de la firme de recrutement juridique ZSA, Me Dominique Tardif.

Le président du conseil d'administration de la CSF, André Di Vita, la présidente de la CSF, Me Marie Élaine Farley, et l'ancienne ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget.
Le président du conseil d'administration de la CSF, André Di Vita, la présidente de la CSF, Me Marie Élaine Farley, et l'ancienne ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget.
Devant l’aridité des sujets abordés, la CSF a demandé aux conférenciers de sortir de leur zone de confort, un défi relevé avec brio par deux intervenants - des avocats bien sûr! - que Droit-inc a eu la chance de voir sur scène Mes Manon Turmel et Patrice Vachon.

L’univers de Madame Conformité

S’inspirant de la populaire émission En direct de l’univers de Radio-Canada, Me Turmel s’est présentée sur scène en tant que « Madame Conformité », afin de présenter son domaine de pratique sous un nouveau jour.

Me Sébastien Lanctôt a présenté une conférence sur l'intelligence artificielle et ses impacts en assurance. Crédit: Bénédicte Brocard
Me Sébastien Lanctôt a présenté une conférence sur l'intelligence artificielle et ses impacts en assurance. Crédit: Bénédicte Brocard
Ainsi, on a eu la chance de rencontrer une « Madame Conformité » qui n’est « pas facile à dater » mais qui devient plus attirante lorsqu’on la connait bien. Au fil des chansons, on a pu découvrir ses forces, ainsi que ses amies (la blonde, la rousse, la brune…), les politiques qui aident à atteindre la conformité.

« J'ai toujours aimé En direct de l’univers! Ce que j'ai remarqué, c'est qu'on s'attache à la personne. J'aime toujours plus l'artiste à la fin de l'émission qu'au début. Je me suis dit que si les gens aiment plus la conformité à la fin de l'heure qu'au début, bingo! » a expliqué Me Turmel.

Me Manon Turmel a discuté conformité en reprenant le style de l'émission En direct de l'univers. Crédit: Bénédicte Brocard
Me Manon Turmel a discuté conformité en reprenant le style de l'émission En direct de l'univers. Crédit: Bénédicte Brocard
Malgré quelques hésitations et quelques instants de malaise entre elle et l’animateur de l’« émission », le concept semble avoir fonctionné pour les participants, qui ont été plusieurs à venir serrer la main de la directrice générale de Bernier Beaudry lors du cocktail de clôture. Si bien que le succès pourrait bien être répété. « Si j'ai de la demande, c'est sûr que oui! »

Avocat… et chanteur!

Me Patrice Vachon avait la difficile tâche de conclure une longue journée de conférences en discutant de transfert et de relève d’entreprise. « Enlevez vos souliers, mettez-vous à l’aise! », a-t-il lancé à la foule en arrivant sur scène.

Me Patrice Vachon s'est penché sur le transfert et la relève d'entreprise en plus de pousser la chansonnette. Crédit: Bénédicte Brocard
Me Patrice Vachon s'est penché sur le transfert et la relève d'entreprise en plus de pousser la chansonnette. Crédit: Bénédicte Brocard
Malgré la présence d’un podium, Me Vachon a préféré se déplacer d’un côté à l’autre de la scène pour livrer anecdotes et conseils sur la relève d’entreprise. Morale de l’histoire : n’hésitez pas à confronter les entrepreneurs pour qu’ils planifient bien leur retraite et leur succession d’entreprise.

Rien d’original là-dedans, vous dites-vous? Eh bien sachez que Me Vachon est un guitariste et chanteur accompli! Comme vous pouvez le voir ci-dessous, le chanteur amateur a offert une version modifiée pour l’occasion du succès de Charles Aznavour, Emmenez-moi.



Une présidente louangée

Rencontrée lors du cocktail de clôture, entre une bouchée de saumon fumé et un verre de vin rouge, la présidente et chef de la direction de la CSF, Me Marie Élaine Farley, Ad. E., s’est montrée très heureuse de la tournure des événements. Alors que l’existence même de la Chambre avait été remise en cause par le précédent gouvernement qui avait finalement abandonné son projet de loi, elle a pu fêter ses 20 bougies et sa présidente regarde maintenant vers l’avenir.

« On continue de travailler très fort parce que tout est perfectible. C'est la quête constante de l'amélioration. Il faut toujours se démarquer », assure-t-elle.

Le ProLab s'est presque déroulé sans faute... la trouverez-vous sur cette image? Crédit: Mathieu Galarneau
Le ProLab s'est presque déroulé sans faute... la trouverez-vous sur cette image? Crédit: Mathieu Galarneau
Entre temps, elle pourra compter sur l’appui indéfectible de l’ancienne ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, qui est aujourd’hui conseillère stratégique chez Osler, et l’ex-maire de Montréal Denis Coderre.

« J'ai appuyé publiquement la bataille de la présidente pour maintenir l'organisme. Je ne suis pas une lobbyiste, alors quand j'appuie quelque chose c'est par conviction », a assuré l’ex-ministre libérale.

« En plus d’être une avocate émérite, Marie Élaine a lancé BIXI. Ça prenait des gens de confiance pour le faire et c’est une femme de tête et une femme de coeur. Non seulement, elle a livré, mais elle est un modèle d’intégrité », a mentionné l’ex-maire de Montréal.

Ça prenait bien une avocate pour s’assurer du succès de la Chambre!