Mes Nicolas Lanthier, Nicolas Beaulieu, Jean Proulx, Audrey Robitaille et Alexandre Béchard. Photos : Courtoisie
Mes Nicolas Lanthier, Nicolas Beaulieu, Jean Proulx, Audrey Robitaille et Alexandre Béchard. Photos : Courtoisie
Le 23 octobre prochain, l’équipe de Gascon et associés recevra plus de 200 de ses clients à l’hôtel Reine Elizabeth dans le but de célébrer le quarantième anniversaire du cabinet.

Rencontrés par Droit-inc, les cinq associés de Gascon, Mes Nicolas Beaulieu, Jean Proulx, Audrey Robitaille, Nicolas Lanthier et Alexandre Béchard considèrent que la réponse favorable de leur clientèle en vue de l’événement est le signe que le cabinet « a le vent dans les voiles. »

« On était peut-être un secret bien gardé, mais ce n’est plus le cas. Je pense qu’on est de plus en plus sur le radar, qu’on est reconnu comme un bureau en expansion. Le message est en train de changer », insiste Me Beaulieu.

En effet, le cabinet a beaucoup évolué depuis sa création par Louis Gascon en 1979.

Il offre désormais des services en droit immobilier, en droit des affaires, en litige, en divertissement, en propriété intellectuelle et en fiscalité, en plus de compter sur 18 avocats, à la suite des embauches récentes de Mance Ménard St-Pierre, Catherine Demers et Émilie Therrien.

Pas mal pour un cabinet, qui, à l’arrivée de son doyen en 1998, Me Proulx, ne comptait que sur sept avocats, et aucune expertise en droit immobilier.

Ce champ de pratique, greffé à Gascon par Me Proulx, est désormais l’un des plus importants de la firme.

Mes Nicolas Beaulieu et Jean Proulx. Photos : Courtoisie
Mes Nicolas Beaulieu et Jean Proulx. Photos : Courtoisie
« À l’époque, notre associée Danièle Lalande comptait parmi ses clients une institution financière importante, et j’ai emmené plusieurs clients institutionnels à la pratique. Petit à petit, les clients se sont ajoutés, et les gens ont commencé à nous faire confiance », raconte Me Proulx, dans la salle de conférence du bureau de Gascon, au centre-ville de Montréal.


Petit cabinet, grosse pratique

La confiance.

C’est justement l'un des facteurs qui permet au petit cabinet de mener aujourd’hui de gros dossiers. La proximité que Gascon conserve est, selon ses associés, l’une des clefs de son succès.

Pour preuve, Me Proulx compte parmi ses clients une banque qui fait appel à ses services depuis près de 26 ans.

« On est une alternative intéressante aux grands bureaux. On a des mandats de qualité, mais aussi de la flexibilité, ce que les clients aiment. Ça les conquit », explique Me Beaulieu.

Le slogan du cabinet exprime d’ailleurs bien la chose : « Expertise légale. Expérience humaine. » Gascon cherche à offrir des services autant professionnels qu’humains.

« Nous avons des relations privilégiées avec nos clients, moins froides. Nous avons un système empirique, très décloisonné. Nos jeunes sont en contact direct avec eux, et c’est ce qui fait la force de notre bureau », considère Me Beaulieu.

Tendre le flambeau

Mes Audrey Robitaille, Nicolas Lanthier et Alexandre Béchard. Photos : Courtoisie
Mes Audrey Robitaille, Nicolas Lanthier et Alexandre Béchard. Photos : Courtoisie
D’ailleurs, c’est par la voie de la jeunesse que Gascon veut atteindre ses « objectifs de croissance modérée. » Le cabinet veut greffer de jeunes talents à son équipe afin de renforcer ses secteurs de litige corporatif et commercial, ainsi que de propriété intellectuelle.

« Les jeunes ont une place de choix au bureau au niveau relationnel et des mandats qui leur sont confiés, assure Me Robitaille. On leur offre tous les bons outils pour devenir de bons jeunes juristes. »

Me Robitaille en est probablement la preuve. Après avoir fait son stage du Barreau chez Gascon en 2012, on l’a nommé associée après sept ans de loyaux services.

« On espère se reparler dans 40 ans pour célébrer nos 80 ans, pour permettre à notre relève de continuer de se développer », conclut-elle avec le sourire.