Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a déposé devant le Tribunal une requête pour empêcher les médias de parler de l’enquête Projet Serment. Photo: Shutterstock
Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a déposé devant le Tribunal une requête pour empêcher les médias de parler de l’enquête Projet Serment. Photo: Shutterstock
Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a déposé devant le Tribunal une requête pour empêcher les médias de parler de l’enquête Projet Serment, qui porte sur les fuites d’éléments de preuve de l’UPAC dans les médias.

Le juge François Perreault devra statuer sur cette demande de mesures exceptionnelles de confidentialité en décembre, selon ce que rapporte Le Journal de Québec. Québecor Média, Radio-Canada, Cogeco Média, La Presse, The Gazette et Bell Média sont dans la mire du BEI.

« L’enquête Projet Serment (sur les fuites d’éléments de preuve de l’UPAC dans les médias) est une enquête complexe et d’envergure. L’équipe d’enquête de Serment considère que le maintien du caractère confidentiel de l’enquête est essentiel et que le dévoilement d’éléments nuira à sa progression », est-il indiqué dans la requête.

C’est donc pour cette raison que le BEI juge important de demander au Tribunal « le huis clos, la non-diffusion et la non-publication à chaque fois où il y a une référence à la preuve communiquée par l’équipe d’enquête de Serment dans le présent dossier ».

Les médias ont confirmé leur intention de s’opposer à cette requête.