Me Simon Lin d’Evolink Law Group et Mes Jérémie John Martin et Sébastien A. Paquette de Champlain Avocats. Photos : Site Web d'Evolink, justanswer.com et avocatservice.ca
Me Simon Lin d’Evolink Law Group et Mes Jérémie John Martin et Sébastien A. Paquette de Champlain Avocats. Photos : Site Web d'Evolink, justanswer.com et avocatservice.ca
Air Canada a choisi de régler une action collective contre elle avant d’entendre la décision de la Cour supérieure.

En 2015, le transporteur aérien avait mis en vente une « passe de vol » qui consistait en 10 billets d’aller en classe affaires dans l’ouest de l’Amérique du Nord à 798 $. Or, il s’agissait d’une erreur puisque la passe aurait dû être affichée à 7980 $.

Air Canada avait annulé ces passes de vol, soulevant l’ire d’un client, David Hurst. Le Britanno-Colombien faisait partie des 1273 passagers qui s’étaient portés acquéreurs de ce produit.

Il a alors contacté Me Simon Lin d’Evolink Law Group, qui a démarré les procédures d’action collective au Québec avec Mes Jérémie John Martin et Sébastien A. Paquette de Champlain Avocats.

Mes Robert Torralbo et Simon Seida. Photos : Site Web de Blakes
Mes Robert Torralbo et Simon Seida. Photos : Site Web de Blakes
Air Canada a fait affaire avec Mes Robert Torralbo et Simon Seida de Blakes.

Un fonds de 1 018 400 $ a été créé par Air Canada dans le cadre du règlement. Chaque passager recevra un crédit de vol d’environ 500 $, valide pour une période de 12 mois.

Les avocats qui représentaient les membres de l’action collective reçoivent 377 900 $ à même le fonds. La Cour, sous la plume du juge Pierre-C. Gagnon, estime à plus de 1000 heures le temps des avocats passé sur le dossier.