Kate Moyle, sexologue, explique pourquoi les avocats seraient les plus difficiles à satisfaire sous les couettes. Photo : Twitter de Kate Moyle et Shutterstock
Kate Moyle, sexologue, explique pourquoi les avocats seraient les plus difficiles à satisfaire sous les couettes. Photo : Twitter de Kate Moyle et Shutterstock
C’est du moins ce que dévoile la firme de recherche marketing britannique Atomik Research, dans une étude orchestrée par Lelo, un fabricant de jouets sexuels suédois.

Les avocats seraient les plus difficiles à satisfaire sous les couettes. En effet, 27% de ceux qui ont été sondés admettent feindre l’orgasme lors de chacune de leurs relations sexuelles, alors que 31 % clament être aptes à déceler lorsque leur partenaire fait la même chose.

Ce n’est pas tout: 31% des avocats admettent qu’ils leur arrivent plus fréquemment de feindre l’orgasme lors d’une relation sexuelle d’un soir.

Le contraste avec les autres professions est important. Par exemple, les ouvriers (69%) et les fermiers (67%) ont indiqué n’avoir jamais feint un orgasme.

Kate Moyle, sexologue roulant sa bosse chez Lelo, explique que le quotidien professionnel des individus sondés peut avoir un impact sur leurs habitudes sexuelles. Par exemple, certains emplois nécessitent une meilleure forme physique, et permettent un horaire plus flexible.

« Nous savons aussi que les gens disent avoir une bonne sexualité quand ils sont capables de se concentrer sur ce qu'ils font, plutôt que d'être préoccupés et distraits par leur travail. Ils peuvent vivre moins d'interférences dans leur vie sexuelle s’ils ne sont pas constamment près du téléphone, qu’ils perçoivent plus de frontières entre le travail et la maison », considère-t-elle.

Des magistrats discrets

Et ces tendances sexuelles fâcheuses se poursuivent jusqu’à la magistrature, toujours selon la même étude.

Trois honorables sur quatre n’indiqueraient pas leurs insatisfactions sexuelles à leur partenaire. Une proportion diamétralement opposée à ce qu’on retrouve chez les médecins, alors que 81% de ceux-ci discuteraient ouvertement de leurs problèmes sexuels avec leur partenaire.

Malgré tout, ce n’est pas le temps de se décourager de votre situation, chers juristes.

Les avocats arrivent au cinquième rang dans la grande charte du plus haut niveau d’activité sexuel de Lelo, en compagnie des enseignants.

Seuls les fermiers, les architectes, les coiffeurs et les publicitaires seraient plus actifs sous la couette!

Effectivement, l’amour est dans le pré n’est pas qu’un nom d’émission à l’eau de rose: 33% des fermiers auraient au moins une relation sexuelle par jour. De plus, ces fermiers seraient performants, puisque 67% d’entre eux estiment être « incroyables » au lit.

On retrouve les médecins, les architectes, les ouvriers et les publicitaires en ordre parmi ceux qui croient être des champions de la partie de jambes en l’air.

Les plus malheureux sexuellement seraient les journalistes. En effet, on retrouve 20% de ceux-ci à affirmer n’avoir qu’une relation sexuelle par mois. Rien de surprenant, puisque 60% des répondants journalistes affirment que la performance de leur amant est « moyenne ».