Brian Pallister. Photo : Site Web du PC Party of Manitoba
Brian Pallister. Photo : Site Web du PC Party of Manitoba
Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré jeudi que son gouvernement interviendrait probablement dans une contestation en Cour suprême de la loi québécoise sur la laïcité de l'État.

Dans son discours annuel sur l'état de la province, M. Pallister a dit jeudi que l'interdiction imposée à certains fonctionnaires québécois de porter des signes religieux nuisait à la réputation du Canada sur la scène internationale.

Devant un parterre de 1300 personnes lors d'un déjeuner d'affaires, il a indiqué que le Canada devait défendre les droits et libertés de la même façon que les soldats canadiens ont combattu dans les guerres mondiales.

« Lorsque notre réputation à l'échelle mondiale est menacée par de telles initiatives, nous devons nous lever. »

« Les Manitobains l'ont toujours fait, à la crête de Vimy, sur les plages de Normandie, dans les déserts de l'Afghanistan et, oui, à la législature et à la Chambre des communes... Nous ne reculons pas lorsque les droits d'autrui sont menacés. »

M. Pallister, qui a été un critique virulent de la loi québécoise, a affirmé que le Manitoba demandera probablement le statut d'intervenant si la contestation judiciaire se rend jusqu'en Cour suprême du Canada.

La Cour d'appel du Québec a rejeté jeudi, dans une décision partagée à deux contre un, la requête de certains opposants à la loi qui souhaitaient une suspension de deux de ses articles jusqu'à ce que les tribunaux tranchent sur le fond. La Cour supérieure avait déjà statué dans le même sens l'été dernier.

Après son discours, le premier ministre Pallister a déclaré que le Manitoba demanderait probablement le statut d'intervenant si l'affaire se terminait devant la Cour suprême du Canada, mais pas avant avoir consulté les autres premiers ministres.

« C'est très probable, mais nous attendrons de voir ce que font nos partenaires alors que nous essayons de coordonner les efforts afin de construire une opposition à ce projet de loi malavisé », a-t-il déclaré.

Le chef de l'opposition néo-démocrate provinciale, Wab Kinew, a déclaré qu'il appuierait l'intervention du Manitoba.

« L'État, au Québec, supprime les droits des gens », a déclaré Wab Kinew.

Le gouvernement du Manitoba a diffusé le mois dernier des publicités dans les journaux et dans les médias numériques pour inviter des fonctionnaires du Québec à déménager au Manitoba s'ils sont préoccupés par l'interdiction de signes religieux.

Le premier ministre conservateur, qui a été réélu en septembre, a par ailleurs nié les rumeurs selon lesquelles il pourrait quitter ses fonctions avant la fin de son mandat pour prendre sa retraite ou se présenter à d'éventuelles élections fédérales anticipées.

Celui qui a été député aux Communes de 2000 à 2008 s'est dit déterminé à demeurer en poste pour toute la durée de son mandat.