Photo : Netflix
Photo : Netflix
La Cour suprême brésilienne a donné raison jeudi à Netflix en annulant une décision judiciaire ordonnant à la plateforme de vidéos en ligne de retirer une fiction dans laquelle Jésus semble entretenir une relation homosexuelle.

Le président de la Cour suprême, José Antonio Dias Toffoli, a estimé que cette fiction controversée, La Première Tentation du Christ, « ne faisait pas fi de la nécessité du respect de la foi chrétienne (ni des autres croyances religieuses ou de l'absence de celles-ci) ».

« On ne peut pas supposer qu'une satire humoristique ait la capacité d'affaiblir les valeurs de la foi chrétienne, dont l'existence remonte à plus de 2000 ans, et qui est intériorisée dans la croyance de la majorité des citoyens brésiliens », a encore justifié ce magistrat.

Netflix avait annoncé jeudi avoir saisi la Cour suprême. « Nous soutenons fortement l'expression artistique et nous allons lutter pour défendre ce principe important », avait exprimé le géant américain des vidéos en ligne dans un communiqué.

Mercredi, un juge de Rio de Janeiro avait ordonné à Netflix de retirer de son offre La Première Tentation du Christ, fiction du collectif d'humoristes brésiliens Porta dos Fundos vertement critiquée par des associations catholiques et évangéliques.

Le magistrat avait annoncé avoir pris cette décision afin de « calmer les esprits » au sein de « la communauté chrétienne et la société brésilienne ».

Netflix avait mis en ligne cette vidéo le 3 décembre.

La Première Tentation du Christ raconte sur le ton de la comédie loufoque une soirée familiale surprise au cours de laquelle Jésus arrive en compagnie d'un autre homme, visiblement homosexuel.

Jeudi, Porta dos Fundos a réitéré dans un communiqué être « contre quelconque acte de censure, de violence et d'autoritarisme », tout en maintenant sa confiance « envers le système judiciaire pour faire respecter la Constitution ».