Les notaires Cassy Bernier et Éric Martin. Photo : Courtoisie
Les notaires Cassy Bernier et Éric Martin. Photo : Courtoisie
Les notaires trifluviens Cassy Bernier et Éric Martin associent leurs études dans l’optique de devenir le bureau incontournable en Mauricie.

Me Martin est à la tête de Leblanc Martin, une firme centenaire, tandis que Me Bernier pratique depuis six ans. Qu’est-ce qui pousse les deux professionnels à s’allier? Droit-inc leur a posé la question.

Me Bernier, vous écrivez dans votre communiqué de presse que ce n'était pas une option envisagée au début de votre réflexion. Quel était votre état d'esprit avant de procéder à cette fusion?

Me Bernier : J'avais un souci de croissance. Je me questionnais à savoir comment j'allais la faire. J'étais à la recherche d'un partenaire ou d'un notaire employé. Une personne qu'on connaissait en commun, Me Martin et moi, nous a mis en relation. Au fil des discussions, on s'est rendu compte qu'on avait beaucoup d'intérêts communs à faire faire cette fusion ensemble.

Quand cette option s'est présentée, elle s'est avérée être la meilleure, pour nous deux, dans un contexte de croissance.

C'est aussi un processus qui a été fait assez rapidement pour vous.

Me Bernier : Oui, on voyait le début de l'année arriver et on voyait cela comme une opportunité pour nos deux études. On a voulu, pour le bien de nos clients et la cohérence de la démarche, faire ça rapidement en début d'année.

Me Martin : Nous avons également eu l'aide d'un consultant qui nous a donné un coup de main pour tout arrimer pour le 1er janvier.

Autour de quelles valeurs s'articule votre nouvelle vision commune?

Me Martin : Leblanc Martin est l'une des vieilles études à Trois-Rivières, quand même assez connue. Maintenant, avec l'arrivée de Cassy, je crois qu'on devient une étude incontournable dans la région, sans fausse modestie.

Où on se rejoint, Cassy et moi, c'est sur le côté entrepreneurial. Cassy, elle ne le dira pas, mais c'est quelqu'un qui malgré son jeune âge, est extrêmement connue, qui a été présidente de la Jeune Chambre de commerce, c'est une notaire de nouvelle génération, soit moderne, avant-gardiste, un peu hors-normes.

Chez Leblanc Martin, on est associé avec le cabinet d'avocats KSA depuis 10 ans. Cassy sera aussi associée de ce regroupement. Notre boîte, à Trois-Rivières, demeure une firme de notaires, mais on travaille avec des avocats. Cassy pourra avoir accès à cette expertise-là pour ses clients dans des domaines peut-être plus pointus, comme en environnement ou en relations de travail, par exemple.

C'est un côté plutôt hors-normes, pour une étude de notaires, et je crois que Cassy et moi, on se rejoint à ce niveau-là.

Me Bernier : La visibilité dans notre milieu est aussi super importante pour les deux études, et tout de suite après l'annonce de la fusion, nous avons eu des bons mots de nos clients. Les gens sont vraiment contents de voir que nos deux institutions ne font qu'une maintenant.

Est-ce que vous sentez, à l'aube des années 2020, que le droit est un milieu qui demande de plus en plus de coopération, entre notaires et avec les avocats comme vous faites avec KSA?

Me Bernier : Absolument! Cette multidisciplinarité était super importante pour moi. Je crois qu'on a tout avantage à se mettre ensemble pour offrir à nos clients un plus grand éventail de services.

Me Martin : Pour l'avoir vécu avec KSA au cours des 10 dernières années, je peux vous dire que les clients sont vraiment satisfaits de ça. Lorsqu'ils nous parlent d'un problème quelconque, on peut leur proposer de discuter avec un de nos associés spécialisés pour le régler. Dans la même boîte, t'as accès à toutes les expertises.

Est-ce que vous songez à développer encore davantage votre clientèle ou cette fusion vise à offrir de meilleurs services à vos clients actuels?

Me Bernier : Comme Leblanc Martin existe depuis très longtemps, et que moi j'ai six ans de pratique, on se plaît à dire que nous avons deux « strates » de clients sous le même toit.

À partir de là, c'est certain qu'on a des idées de prospection et de devenir l'incontournable dans le milieu ici.

Est-ce que vous allez vous concentrer sur Trois-Rivières ou vous visez la Mauricie en général?

Me Martin : C'est certain qu'on vise plus large que Trois-Rivières.

Me Bernier : On a des clients un peu partout. De plus, avec KSA, ça nous permet d'avoir un pied à terre pour rencontrer de nouveaux clients dans le coin de Québec. On n'exclut pas à aller rencontrer des clients ailleurs non plus.

Alors, que vous souhaite-t-on pour la prochaine année et la prochaine décennie?

Me Martin : Malgré qu'on soit dans un bureau bien établi, on se souhaite toujours de la croissance, d'autres projets. On souhaite devenir plus attrayant pour la profession.

Me Bernier : On a un souhait d'aller chercher d'autres professionnels et d'agrandir encore notre équipe, autant du côté des adjoints que des notaires et avocats.

On a, à Trois-Rivières, quatre notaires et un avocat, et le reste de l'équipe est composé d'adjointes et de soutien administratif.