Me Jessica Syms. Photo : Site Web de Langlois
Me Jessica Syms. Photo : Site Web de Langlois
L’avocate spécialiste en litige immobilier et en dossiers d’expropriation Me Jessica Syms s’est fait annoncer à la fin du mois de décembre qu’elle serait la toute nouvelle associée chez Langlois, où elle a débuté sa carrière en 2011.

Me Syms le dit elle-même : « Habituellement, ceux qui commencent chez Langlois restent chez Langlois. »

Droit-inc s’est entretenu avec la jeune avocate au sujet de sa promotion.

Vous êtes maintenant associée chez Langlois. Vous deviez sauter de joie en l’apprenant!

Oui, j’étais très, très, très contente! Ça faisait longtemps que j’avais ça comme objectif.

Ça fait combien de temps, d’ailleurs, que vous êtes chez Langlois?

J’ai fait toute ma carrière chez Langlois! Je suis chez Langlois depuis que j'étais étudiante, en 2011. Un bébé Langlois!

Être associée, qu’est-ce que ça change pour vous?

C’est une bonne question, puisque ça fait une semaine que je le suis! (Rires)

En fait, j’ai commencé chez Langlois et je savais que je voulais faire ma carrière à cet endroit-là. Pour moi, de devenir associée, c’est une reconnaissance de la part de mes pairs; c’est une superbe reconnaissance de m’accueillir au sein de l’entreprise comme l’une des leurs.

Au jour le jour, dans ma relation avec la clientèle, je ne pense pas que ça change quelques chose. J’offre le même services à mes clients. Les clients qui décidaient de travailler avec moi, c’était au niveau de mon expertise, pas parce que j’étais associée ou pas associée. Ça ne fait pas de différence dans la manière que je pratique.

Comment vous êtes atterrie chez Langlois?

Je suis atterrie chez Langlois après mes études en droit à McGill. Je voulais faire du litige, et Langlois est un bureau qui est spécialisé en litige, principalement en litige civil et commercial et en litige d’assurances. Il y a aussi beaucoup de litige de droit du travail, donc sachant que je voulais faire du litige mais pas exactement dans quel domaine, je suis atterrie chez Langlois!

Moi, je cherchais un bureau où j’allais non seulement beaucoup aimer travailler, mais où j’allais beaucoup aimer mes collègues. Ça a été un match dès le début. J’ai beaucoup aimé les personnes que j’ai rencontrées, et la personne qui m’a embauchée alors que j’étais étudiante est l’un de mes bons amis au bureau. Nous sommes associés ensemble!

Vous êtes aussi passée par Harvard?

En fait, j’ai fait un cours de médiation à la Faculté de droit de Harvard, un cours qui est offert à tous, pas nécessairement les avocats, mais tous ceux qui ont un intérêt pour être médiateur. J’ai fait ce cours de 40 heures là-bas.

Dans votre pratique, ce cours a changé quelque chose?

C’est certain que moi, ça me permet d’agir comme médiatrice dans des dossier, mais ça me permet aussi de conseiller mes clients dans le cadre de médiations et de conférences sur des règlements à l’amiable en ayant une approche plus poussée en médiation.

Est-ce beaucoup d’avocat ont cette formation de médiation?

Je pense qu’à l'époque où je l’ai faite, il y avait peu de monde, mais avec le changement dans le nouveau code de procédure civile, c’est sûr que la médiation est de plus en plus mise de l’avant.