Conférencière : Shari Graydon. Photo : Site Web de Shari Graydon
Conférencière : Shari Graydon. Photo : Site Web de Shari Graydon
La conférencière et autrice féministe à la tête de l’organisme Informed Opinions, Shari Graydon, sera de passage chez Lavery le 21 janvier à l’invitation du Forum des femmes juristes afin de motiver les femmes à prendre leur place au sein de la société et de leur cabinet.

Sa conférence s’intitule « In Search of the "Lehman Sisters" - Why Public Conversations Need Women's Insights (À la recherche des “Lehman Sisters” - Pourquoi les enjeux publics ont besoin des perspectives des femmes) ».

Cela fait référence à des propos tenus par Christine Lagarde en 2018, alors qu’elle exerçait les fonctions de directrice générale du Fonds monétaire international. Mme Lagarde avait soutenu, soulignant les 10 ans du Krach de 2008 initié par la déconfiture de la banque Lehman Brothers, que si davantage de femmes avaient été aux commandes des entreprises financières, le krach aurait pu être évité.

« Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, s'il s'agissait de Lehman Sisters plutôt que de Lehman Brothers, le monde pourrait bien être très différent aujourd'hui », avait-elle écrit sur son blogue du FMI.

Cette réflexion était basée sur de multiples études réalisées autant par des universités que des organismes indépendants, rappelle Me Patricia Gamliel, présidente du Forum des femmes juristes et avocate chez Dunton Rainville à Montréal.

« Lorsque des femmes siègent à des conseils d'administration et prennent part aux décisions, les résultats de leur présence et de leur participation sont plus profitables pour l'entreprise ou le cabinet. Ce n'est pas qu'une vision féministe, c'est prouvé selon plusieurs études », relate l’avocate en entrevue avec Droit-inc.

La présence de Shari Graydon à Montréal vise une certaine prise de conscience chez les avocates pour qu’elles s’impliquent davantage dans les décisions de leurs cabinets, ou encore qu’elles prennent leur place dans la sphère publique. « Mme Graydon est là pour dire que c'est important que les femmes se fassent entendre. Très souvent, les femmes n'osent pas se faire entendre, et c'est la société qui y perd », juge Me Gamliel.

Cette dernière constate une certaine ouverture pour la présence des femmes au pouvoir dans le milieu juridique. « Mais c'est toujours très timide. D'ailleurs, la chef de la direction de Lavery, où la conférence a lieu, est une femme (Anik Trudel). Ça va prendre du temps, mais il faut que les femmes poussent le changement, comme dans tous les enjeux. »

Tous les détails de la conférence se trouvent ici.