Me Hugo Lafrenière. Photo : Site Web de Bédard Poulin
Me Hugo Lafrenière. Photo : Site Web de Bédard Poulin
Hugo Lafrenière a un mandat du tonnerre!

Plusieurs édifices appartenant au gouvernement du Québec ne respectent pas les normes de la Régie du bâtiment du Québec.

C’est ce que prétend Me Hugo Lafrenière qui fait des représentations auprès des décideurs de la Régie et de l’Ordre des ingénieurs. Son point de friction : les paratonnerres à dispositifs d'amorçage installés au sommet de la plupart des grands édifices publics et privés.

Actuellement ces équipements sont fabriqués en France et sont régis par une norme française. Me Lafrenière, qui représente les intérêts de l’entrepreneur en électricité L.P. Grenier, prétend que ces équipements qui sont prévus dans les devis des ingénieurs devraient plutôt se plier à des normes québécoises.

L’avocat spécialisé en droit de la construction au sein de la firme Bédard Poulin de Québec prétend même que les permis de construction qui prévoient cet équipement sont illégaux. Des honoraires pouvant atteindre 50 000 $ sont prévus dans ce dossier.

David McAusland tentera de faire passer le courant

David McAusland. Photo : Site Web de McCarthy Tétrault
David McAusland. Photo : Site Web de McCarthy Tétrault
Une importante aluminerie fait appel à une grosse pointure juridique pour protéger ses tarifs d’électricité.

Aluminerie Alouette a retenu les services de David McAusland pour faire modifier les décrets émis par le gouvernement du Québec qui prévoient un contrat de distribution d’électricité spécial pour de grands clients industriels. Le conseil de la firme McCarthy Tétrault doit s’assurer que l’aluminerie établie à Sept-Îles pourra continuer de bénéficier d’un tarif d’électricité qui assurera sa pérennité en plus d'accroître sa production.

Il faut dire que Me McAusland est en territoire connu dans ce dossier au carrefour de l’aluminium et de la production d’électricité. Il a été le chef des affaires juridiques d’Alcan de 2000 à 2008 et c’est lui qui a négocié la vente de l’entreprise à Rio Tinto, une transaction qui a permis aux actionnaires d’empocher une prime de 66 % sur leurs actions.

McCarthy Tétrault a de bonnes entrées à Hydro-Québec. C’est le cabinet qui a représenté la société d’état en 2009 dans un recours collectif qui contestait la facturation de certains frais administratifs. La fourchette d’honoraires de Me McAusland dans ce dossier est de 10 000 $ à 50 000 $.

Me Isabelle Landry. Photo : Site Web de BCF
Me Isabelle Landry. Photo : Site Web de BCF
Isabelle Landry veut faire un bon ménage dans les préarrangements funéraires

Trop lourdes, trop bureaucratiques, onéreuses et ne tenant pas compte de la réalité des familles endeuillées et des entreprises funéraires.

C’est ainsi que décrit Me Isabelle Landry les règles qui encadrent actuellement les contrats d'arrangements préalables de services funéraires et les contrats d'achat préalable de sépulture. L’associée du bureau de Québec de BCF souhaite notamment que les registres prévus par la loi 178 pour ces contrats soient simplifiés.

Le client de Me Landry, la Corporation des Thanatologues du Québec, prévoit verser des honoraires de moins de 5 000 $ dans ce dossier.

Un doublé en assurance pour Norton Rose

Mes Pierre Déry et Pier-Olivier Poisson. Photos : Site Web de Norton Rose Fulbright
Mes Pierre Déry et Pier-Olivier Poisson. Photos : Site Web de Norton Rose Fulbright
En marge de la fusion de La Capitale groupe financier et de SSQ Assurance, deux avocats ont le mandat d’attacher quelques ficelles réglementaires.

Mes Pierre Déry et Pier-Olivier Poisson, qui sont respectivement associé principal et avocat chez Norton Rose, visent à obtenir une modification à la Loi concernant la Mutuelle des fonctionnaires du Québec.

Essentiellement, les avocats désirent modifier la définition de membre pour pouvoir en augmenter le nombre suite à la fusion qui crée le plus important assureur en assurance collective au Québec.

Le mandat prévoit des honoraires de moins de 60 000 $.