La ministre Sonia LeBel. Photo : Site Web de la CAQ
La ministre Sonia LeBel. Photo : Site Web de la CAQ
Profitant de la présence de Me LeBel, une vingtaine d’avocats se sont réunis vendredi dernier à l’une des entrées principales du palais de justice de Trois-Rivières. Leur manœuvre n’a pas obtenu le succès escompté : la ministre a en effet rebroussé chemin pour éviter de les croiser.

Me Mélanie Bédard, la porte-parole des Cercles bleus en Mauricie, ne mâche pas ses mots. Elle s’est sentie offensée par les agissements de la ministre Sonia LeBel.

« Le but (du rassemblement) était de démontrer que nous sommes unis et forts et qu’on aimerait qu’elle s’adresse à nous. On l’a pris comme une insulte. En fait, la ministre s’est sauvée et l’ensemble des avocats de pratique privée qui acceptent l’aide juridique sont maintenant déçus et insultés. C’est certain que ce n’est pas la dernière mobilisation, » a-t-elle affirmé selon Le Nouvelliste.

Après une course poursuite d’une trentaine de minutes, Me Pierre Spain, l’un des membres du rassemblement, a finalement confronté Me LeBel sur les tarifs d’aide juridique, rapporte Le Nouvelliste. Cette dernière a rapidement bredouillé une réponse, avant de s’éclipser.

Me Bédard, ébranlée, ne réussit pas à expliquer le comportement de la ministre.

« On considère que nous n’étions pas menaçants pour sa sécurité. Le message qu’elle nous envoie aujourd’hui par sa façon de changer de porte démontre que ça ne l’intéresse pas », a-t-elle déclaré.

La coalition des cercles bleus, qui regroupe plus 10 000 avocats à travers le Québec, réclame une réforme en profondeur du système d’aide juridique. Cette coalition a demandé la semaine dernière la reprise des dialogues entre le Barreau du Québec et le ministère de la Justice.

Droit-inc a retracé les origines des cercles bleus, le mois dernier.