Marie-Claude Coulombe et Stéphane Grégoire. Photos : LinkedIn
Marie-Claude Coulombe et Stéphane Grégoire. Photos : LinkedIn
Les cabinets GCT Comptables professionnels agréés et Saint-Laurent Grégoire avocats de Laval s’unissent sous la même bannière, Escient. Marie-Claude Coulombe, fiscaliste et CPA, en devient présidente, et sera épaulée de Me Stéphane Grégoire à titre de vice-président.

La nouvelle entité regroupe maintenant une trentaine de comptables professionnels agréés, de même que trois avocats et trois spécialistes en ressources humaines. Pourquoi faire ce regroupement? Droit-inc a posé la question...

Droit-inc : C'est la première fois que je vois un cabinet comptable fusionner avec un cabinet d'avocats. Pouvez-vous m'expliquer la stratégie derrière cette fusion?

Marie-Claude Coulombe : Vous avez raison, ce n'est pas quelque chose de commun. Notre clientèle est très spécialisée. Nous desservons beaucoup de cabinets dentaires ou dans le monde de la santé. Nous travaillions ensemble depuis une dizaine d'années pour desservir essentiellement la même clientèle.

Même physiquement, nos bureaux sont limitrophes, dans deux édifices tout près. Quand un client vient au bureau, j'appelle Stéphane, il traverse et vient rencontrer le client. Le client qui vient nous voir bénéficie ainsi d'une large gamme de services.

Mais on voulait amener cette façon de faire à un autre niveau en regroupant toutes les opérations dans un modèle juridique réel.

Vous dites que la collaboration était très bonne. Quel est donc le principal avantage dans cette fusion?

Stéphane Grégoire : Étant donné qu'on avait un lien fort ensemble, tout ce qui touche l'image, la promotion, le site internet, au lieu de tout faire en double, on va le faire sous un seul nom. On dessert une clientèle de professionnels qui n'ont pas nécessairement de conseillers juridiques. Ces professionnels n'ont pas besoin d'un avocat collé sur eux sur une base régulière versus le comptable qui va les voir chaque année pour leurs états financiers. Ils ont une relation de proximité beaucoup plus grande. Mais on voulait intégrer les services pour que le client qui vient au bureau, on le rencontre ensemble pour faire le tour de ses besoins.

Marie-Claude Coulombe : On aime rédiger des publications d'information pour nos clients et maintenant ils auront tout à la même adresse. Par exemple, on peut maintenant écrire un article qui parle de fiscalité, de droit et de comptabilité dans un seul document.

Stéphane Grégoire : Les clients auront droit à une meilleure synergie. Le travail d'équipe va être beaucoup plus naturel et simple.

Comment est né le nom « Escient »?

Marie-Claude Coulombe : Ça a été un grand travail d'équipe. On a embauché une firme en création d'image du nom de Déraison. Elle nous a présenté plein de choses, nous a posé beaucoup de questions, a regardé ce qu'on faisait, où on allait, etc. On a aimé le mot « escient », qui veut dire « la pleine connaissance d'une chose ». Ce qu'on offre à nos clients, c'est de la compétence et de l'appui. On a trouvé ce nom élégant et très évocateur.

Vous avez parlé de croissance des deux bureaux séparément. Est-ce que c'est ce phénomène qui vous a poussé vers la fusion et qu'est-ce qui explique cette croissance?

Stéphane Grégoire : On dessert une clientèle très spécialisée, et nous répondons très bien à leurs besoins non seulement dans la comptabilité, mais aussi dans la gestion des opérations d'une clinique dentaire. Un client vient donc nous voir pour qu'on l'aide à améliorer la gestion de sa clinique et ça prend des connaissances très pointues. Avec le volume de clients qu'on a, naturellement on a développé cette expertise.

Quels sont maintenant le plan et la vision d'avenir pour Escient?

Marie-Claude Coulombe : On déménage en mai près de la 440 dans nos nouveaux locaux avec 16 000 pieds carrés. Nous serons alors tous sous un même toit. Ça va vraiment être fantastique! On aura une grande salle de formation dont pourront bénéficier nos clients. On veut améliorer la qualité de vie au travail de nos employés en étant là pour eux et offrir des espaces de travail conviviaux. On continue dans le recrutement, et on pousse le marché des services de formation pour nos clients.

Avez-vous des plans de développement ailleurs qu'à Laval?

Marie-Claude Coulombe : Notre clientèle s'étend déjà du Nouveau-Brunswick jusqu'au Yukon! Bien sûr, c'est à 99% au Québec, dans toutes les régions.

Stéphane Grégoire : Aujourd'hui, avec les technologies de l'information, c'est beaucoup plus facile de desservir la clientèle, qu'elle soit près ou loin. D'autre part, à cause de l'expertise particulière qu'on a, les gens veulent faire affaire avec nous. Quand on veut rencontrer une personne, on peut le faire en personne ou par visioconférence. Ça ne nous empêche pas de lui donner les services dont elle a besoin.

Marie-Claude Coulombe : On aime beaucoup notre synergie interne, le fait d'être tous là ensemble. On ne travaille pas en vase clos, on travaille en équipe, on se rencontre, on parle des cas des clients, on essaie de voir toutes les facettes d'un dossier, et ça, ça se travaille bien dans une certaine proximité physique. Mais les plans sont toujours ouverts, si on se trouve des partenaires!