Brad Karp, le président du conseil de Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison. Photo : David Handschuh
Brad Karp, le président du conseil de Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison. Photo : David Handschuh
American Lawyer rapporte que c’est la question que s’est posé samedi matin Brad Karp, le président du conseil de Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison. Scotché devant son téléviseur l’avocat s’est mis à penser aux millions d’américains qui devraient bientôt faire face aux conséquences économiques de la pandémie.

Notant tous les programmes d’aide offerts par le fédéral, les états, les municipalités et même les ONG, Me Karp a réalisé que les avocats de son réseau pouvaient contribuer à mitiger la crise en déchiffrant tous les programmes offerts et en aiguillant les gens vers ceux qui leur conviennent.

Il a envoyé un courriel à tout le réseau en matinée et en moins de deux heures 350 avocats de Paul, Weiss étaient déjà à l’oeuvre pour analyser les programmes et aller chercher les informations nécessaires pour créer des formulaires de demande d’aide.

Les avocats participants se sont également engagés à participer pro bono à un centre d'appels ouvert 24 heures sur 24 pour répondre aux appels du public au sujet des programmes d’aide.

Paul, Weiss est reconnu dans le monde juridique pour ses actions pro bono. Au cours de la dernière année la firme a consacré une banque d’heures à des causes touchant le contrôle des armes à feu et des droits reproductifs. Elle évalue à 5 000 heures ses efforts dans le cadre de la pandémie du coronavirus.