Me Bertrand Salvas
Me Bertrand Salvas
Pour être notaire, ça prend une maîtrise, et l’Université de Sherbrooke offre la formation en droit notarial non seulement sur son campus de Sherbrooke, mais aussi à Longueuil!

N’avez-vous jamais pensé au notariat? Les étudiants et anciens avocats qui se lancent dans la formation le font généralement pour trouver une pratique de droit non-conflictuelle et impartiale, souligne Me Bertrand Salvas, coordonnateur académique de la maîtrise en droit notarial au campus Longueuil de l’Université de Sherbrooke.

Me Salvas lui-même pose la question à ses étudiants au premier cours de la maîtrise : pourquoi le notariat? Les réponses vont souvent dans le même sens.

« C’est tous des gens qui sont intéressés soit par les modes alternatifs de résolution de conflit, la recherche d’entente, tout ce qui est la pratique du droit non-conflictuelle, tout ce qui est de chercher à régler les problèmes des gens », énumère Me Salvas.

Écoutez un peu Laurence Laflamme, étudiante à la maîtrise en droit notarial, et Me Jean-François D’Amour, notaire et directeur général de la Ville de Magog, parler tous deux de leur amour pour leur profession.


Source : Université de Sherbrooke.

Officier public et amour du public

Si l’avantage de la profession de notaire est l’impartialité, puisqu’il ne peut prendre de parti au contraire de l’avocat, les aspirants notaires apprécient aussi d’être près des gens.

« On est impliqués dans des étapes importantes de leur vie », souligne simplement Me Bertrand Salvas en nommant les classiques secteurs immobilier, testament, mandat et règlement de succession. Dans sa pratique, le notaire a eu le bonheur d’accueillir des clients qui étaient les enfants d’autres clients, et qui eux-mêmes arrivaient un jour avec leurs propres bébés.

« Dans les année 1980, j’avais la fille de trois ans d'un client sur les genoux, se souvient Me Salvas. Vingt ans après, j’ai été appelé à incorporer sa propre compagnie! »

Le notariat offre aussi les avenues variées dans tous les domaines de droit que couvrent habituellement les avocats : immigration, droit maritime, propriété intellectuelle, médiation familiale ou commerciale, ou encore le travail dans les banques ou dans les contentieux, énumère le professionnel, qui a même eu un étudiant qui a travaillé sur les droits souterrains pour la planification des tunnels du métro pour la STM.

« La carte additionnelle du notaire impartial qui cherche la solution va souvent les aider à se distinguer dans ces domaines-là », estime Me Salvas.

En plus d’intégrer les tous derniers outils technologiques désormais essentiels à la profession de notaire (surtout en temps de confinement!), le programme de maîtrise en droit notarial permet :

  • d’approfondir et d’intégrer les connaissances juridiques acquises dans le cadre du baccalauréat en droit;
  • d’acquérir des connaissances juridiques approfondies nécessaires à l’exercice de la profession;
  • de transposer des connaissances théoriques en milieu professionnel;
  • de maîtriser les habiletés requises pour l’exercice de la profession;
  • d’intégrer les principes d’éthique et de déontologie de la profession;
  • de promouvoir et d’appliquer une approche préventive;
  • de faire preuve des attitudes et des comportements attendus dans un milieu professionnel.

La maîtrise qui débute à l’automne prochain dure quatre sessions, stage de 16 semaines inclus. Les bacheliers en droit civil (et équivalent) peuvent s'inscrire immédiatement en ligne sur le site de l'Université de Sherbrooke.