Me Michel Rivard. Photo : Broad Group
Me Michel Rivard. Photo : Broad Group
Me Michel Rivard est décédé subitement d’un accident cardio-vasculaire à 56 ans, laissant dans le deuil non seulement sa femme Helen Bannister et ses enfants, mais également sa soeur Me Hélène Rivard, avec qui il avait lancé son étude Rivard Leduc, notaires et avocats à Saint-Constant il y a 30 ans.

L’associée chez Rivard Leduc Me Florence Leduc le connaissait depuis 22 ans. C’est auprès de Me Rivard qu’elle avait fait son stage de notaire en 1998 avant de choisir la profession d’avocate, puis de revenir vers son étude.

« Ça laisse un grand vide, ça je peux vous le dire », soupire l’avocate.

Me Michel Rivard lui-même était avocat avant de se diriger vers le notariat après deux ans en droit criminel. Depuis, il s’est spécialisé en droit immobilier, droit municipal et droit corporatif.

« Il était quand même assez reconnu au niveau de la copropriété et du développement immobilier chez des promoteurs de la région, et au niveau des villes aussi, relate Me Florence Leduc. C’était le notaire le beaucoup de villes : Saint-Constant, Saint-Philippe, Delson, Candiac... toutes les villes de la MRC! »

À l’approche de sa retraite, Me Rivard s’occupait ces derniers temps surtout de mandats spéciaux : « au niveau des servitudes un peu plus compliquées, les déclarations de copropriétés, les ventes de terres à des promoteurs », énumère par exemple Me Leduc.

La référence en matière immobilière dans la région pour les grosses transactions, Me Rivard a notamment contribué à la mise en place du Parc éolien Montérégie : pas une mince affaire!

« Il y a de moins en moins de notaires qui sont spécialisés dans ces choses-là », souligne l’avocate.

En pensant à Michel Rivard, Me Leduc se rappelle d’un homme avec qui « c’était génial » de travailler. « Michel, c’était un pédagogue né! Il vulgarisait super bien, et il s’assurait que tu comprennes. »

« Il m’a permis de m’élever dans ma pratique et de comprendre ce que je faisais, et pas juste le faire de façon machinale », poursuit l’avocate, qui estime que tout le monde aimait Me Rivard : clients, collègues, et « Monsieur-Madame tout le monde » confondus.

Ces derniers temps, le notaire partageait son temps entre le télétravail et le bureau. Sa soeur Me Hélène Rivard et lui « se voyaient finir leur carrière ensemble et profiter de la vie, glisse Me Leduc. Ils ont tellement travaillé fort! C’était un team, ces deux-là, les jumeaux cosmiques qu’on les appelle ici. »

Me Michel Rivard laisse dans le deuil son épouse Helen Bannister, ses enfants Simon et Daniel, sa mère, son frère, ses sœurs, sa belle-mère, ses beaux-frères et belles-sœurs, ainsi que ses neveux, nièces, cousins, cousines et amis.