L'ex-juge Louise Arbour. Photo : Canada's Walk of Fame
L'ex-juge Louise Arbour. Photo : Canada's Walk of Fame
L’application COVI-Canada a recruté les ex-juges Louise Arbour et Louise Otis, qui agiront respectivement à titre de présidente honoraire de COVI Canada et de présidente du conseil d’administration, révèle la Presse canadienne.

Le projet d’application mobile développé par l’Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA) vise à recueillir et colliger en réseau des informations sur d’autres personnes pour éventuellement calculer la probabilité d’être infecté par le nouveau coronavirus.

Les deux grandes dames du droit ont d’excellentes raisons pour se joindre au projet de MILA. Louise Arbour « a acquis la conviction que le modèle de gouvernance a été construit autour des valeurs fondamentales de responsabilité et de transparence ».

Louise Otis estime quant à elle que « COVI Canada propose une solution technologique ouverte, accessible à tous et qui place la protection des droits de la personne au cœur de sa démarche ».

L’Institut MILA est d’avis que l’application COVI pourra faciliter le déconfinement par les autorités, et s’engage à ce que les données recueillies ne soient jamais utilisées à des fins commerciales ou de surveillance, ni vendues à des entreprises privées.

L'ex-juge Louise Otis. Photo : McGill
L'ex-juge Louise Otis. Photo : McGill
MILA est en discussion avec les gouvernements canadiens et québécois pour permettre le lancement de COVI dans les prochaines semaines.

Louise Arbour a été juge à la Cour suprême du Canada de 1999 à 2004 et Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme de 2004 à 2008, rappelle la Presse canadienne. Elle a aussi agi à titre de procureure en chef du Tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie et de celui pour le Rwanda.

Juge à la Cour d’appel du Québec de 1993 à 2009, Louise Otis a également été présidente du Tribunal administratif de l’OCDE et du Tribunal d’appel de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Elle est actuellement professeure adjointe à la Faculté de droit de McGill.