Jocelyne Tremblay, directrice de l'École. Photo de courtoisie.
Jocelyne Tremblay, directrice de l'École. Photo de courtoisie.
Les finissants de l’École du Barreau ont finalement su ce matin quelle serait la solution apportée pour pallier les prétendus problèmes techniques de leur examen en ligne du 25 mai dernier.

Dans un courriel dont Droit-inc a obtenu copie, le Barreau a annoncé qu’il octroierait quatre points de plus à tous les étudiants, qu’ils soient en situation d’échec ou non.

La solution a été proposée par Louise Arsenault, experte en mesures et évaluations de la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, et basée sur le rapport du cabinet de service-conseil KPMG.

Selon ce rapport, que le Barreau n’a pas divulgué, « si tous les étudiants avaient répondu à toutes les questions, nous aurions recensé 16 620 réponses. Or, pour l'ensemble des étudiants, seulement 294 questions sur 16 620 questions n'ont pas été répondues, soit 1,78 %. À chaque année, il arrive qu'un certain nombre d'étudiants laisse des réponses en blanc. »

Les modifications non enregistrées, elles?

Le Barreau a donc décidé de donner une réponse gratuite à tous les étudiants, soit l’équivalent de quatre points.

« Ces points correspondent à la valeur maximale de points accordés pour une question », souligne le Barreau dans son courriel. En fait, l’une des questions de l’examen valait 10 points.

Les étudiants de l’École du Barreau n’en reviennent pas et jugent que la solution n’est pas du tout équitable.

« Pour vrai, je n’ai pas de mots, soupire la finissante Kateri Rivard, dont trois réponses ont été affectées par le bogue. On dirait qu’on se bat dans des sables mouvants. »

« Ça admet ses torts à demi mots, ça veut acheter la paix, pis ça gosse n’importe quoi comme solution, s’enflamme l’étudiante Corinne à qui Droit-inc a parlé. La question de rédaction valait 10 points. Si c’était ta dernière réponse non enregistrée, tu perds six points que tu aurais peut-être eus direct en partant. Ça ne tient pas compte de ceux dont plus d’une réponse n’a pas été enregistrée. »

Le principal problème soulevé par les étudiants, c’est que la solution du Barreau ne tient pas compte des modifications aux réponses, qui elles aussi ont pu ne pas être enregistrées. En effet, bien des étudiants ont modifié leurs réponses au cours de l’examen de cinq heures. C’est une vieille version de leurs réponses qui risque d’être évaluée.

« Je pense que le problème n’est pas si les étudiants ont répondu mais plutôt si les dernières modifications sont prises en compte, écrit l’étudiant Noah dans une discussion sur Facebook. Je peux modifier ma réponse et elle ne sera pas enregistrée, mais aux yeux de KPMG, j’ai répondu. C’est là le problème. Malheureusement, KPMG a juste évalué si les questions sont remplies. Peu importe par quoi. Ça peut être une virgule. »

Pas facile d’enregistrer ses réponses

Le Barreau n’admet toujours pas qu’un problème technique a eu lieu, bien que plusieurs étudiants se sont fait dire par un technicien de la plateforme que leur examen avait bel et bien été victime d’un bogue.

Dans son courriel, le Barreau clame que la plateforme de l’examen « a fonctionné comme elle a été programmée, c'est-à-dire qu'à l'expiration du temps alloué pour compléter l'examen, seules les réponses ou les modifications enregistrées manuellement par les étudiants ont été consignées sur la plateforme. »

Les problèmes soulevés par les étudiants seraient donc le fruit d’une « erreur possible résultant de l'interprétation des instructions au moment d'enregistrer une dernière réponse ou une dernière modification à une réponse ».

La vidéo explicative de la plateforme en ligne indiquait pourtant que toutes « les réponses que vous avez déjà saisies seront automatiquement soumises » à la fin du temps chronométré.

La foire aux questions de l’École du Barreau mentionne en outre que « le fait de passer à la question suivante enregistre une réponse dans le système », et que « l'étudiant peut aussi enregistrer sa réponse en cliquant à l’extérieur de la zone de rédaction avec sa souris ».

Effectivement, les étudiants qui ont cliqué à l’extérieur de la boîte après une question ne semblent pas avoir connu de problème avec celle-là. Toutefois, cette option n’était mentionnée que dans la FAQ de l’École du Barreau.

« Dans ma tête c’est assez important comme point, s’indigne Mathieu sur Facebook. Mettre ça dans la FAQ n’est pas suffisant. Ça leur aurait pris 30 secondes rajouter à l’examen qu’il faut cliquer à l’extérieur de la case pour que la réponse s’enregistre. »

Les associations étudiantes planchent actuellement sur une réponse appropriée à la solution proposée par le Barreau. Kateri Rivard attend les résultats de son examen pour envisager la suite. Les étudiants devraient les recevoir le 19 juin.

Pour les étudiants, une chose est sûre : la réponse du Barreau n’est pas du tout adaptée au problème.

« Leur conclusion, c’est de l’esti de marde, écrit Laurie sur Facebook. Ben oui, on avait mis des réponses, mais ce n’est pas les réponses qu’on avait écrites au final. »

Pour tout commentaire, le Barreau a envoyé cette réponse par courriel à Droit-inc.

« Les étudiants de l’École du Barreau ont reçu ce matin une communication détaillée concernant l’examen du 25 mai dernier. Pour toute question ou tout commentaire, nous les invitons à communiquer avec l’École du Barreau à l’adresse qui leur a été fournie dans cette communication à cet effet. »

  • Les noms de certains étudiants ont été modifiés.