Les avocats Mes Marie-Line Giguère, Anick Travers et Claude Boulanger, de l’équipe de droit corporatif de Trivium.
Les avocats Mes Marie-Line Giguère, Anick Travers et Claude Boulanger, de l’équipe de droit corporatif de Trivium.
Le cabinet Trivium Avocats a conseillé l’entreprise Randolph, connue pour ses pubs et soirées ludiques, dans le cadre d’une transaction intervenue récemment.

Randolph vient en effet d’accueillir un nouvel actionnaire, Martin Montreuil, qui se joint à l’équipe de propriétaires. Ayant acquis la majeure partie des actions de Benoit Gascon, il rejoint Joël Gagnon et Sébastien Nadeau parmi les actionnaires de contrôle. Le comédien Normand d’Amour demeure l’un des actionnaires.

Les avocats Mes Marie-Line Giguère, Anick Travers et Claude Boulanger, de l’équipe de droit corporatif de Trivium, ont accompagné l’entreprise dans cette belle transaction d’avenir.

Pour l’occasion, Droit-inc s’est entretenue avec Me Giguère, Barreau 2016.

C’est une belle et une importante transaction rafraîchissante. Comment vous sentez-vous d’y avoir contribué?

Pour moi, et pour toute l’équipe de droit corporatif chez Trivium, c’est une grande fierté.

C’est une super belle gang de jeunes dynamiques et créatifs. C’est toujours le fun de travailler pour eux.

C’est une belle équipe, et c’est super enrichissant pour nous de travailler pour eux. Cela nous permet de toucher à plusieurs domaines du droit.

Ils sont professionnels, sérieux, créatifs et super reconnaissants. C’est valorisant!

Avant d’y participer, étiez-vous une habituée du Randolph?

J’y suis allée quelques fois, et c’est aussi le cas de certains autres membres de notre équipe, en particulier de Me (Anick) Travers, qui a travaillé avec moi sur le dossier.

C’est une de leurs bonnes clientes, je pense (rires).

Parlez-nous un peu de vous. Était-ce la première fois que vous pilotiez une transaction aussi importante?

Non, pas vraiment. En fait, je fais exclusivement du droit corporatif. C’est vraiment mon quotidien.

Par contre, en ce qui concerne cette transaction, de par son envergure et ce qu’elle a demandé comme préparation, je peux vous dire qu’il s’agit, peut-être, de mon plus gros dossier jusqu’à maintenant.

Mais, bien sûr, je ne travaillais pas seule sur ce dossier. En plus de Me Travers, nous étions chapeautés par Me Boulanger, qui est l’avocat senior, ici, chez Trivium, en droit corporatif.

Concrètement, quelle charge de travail supplémentaire représente une telle transaction, par rapport à de moins importantes?

En fait, il y a eu l’enjeu de la pandémie, qui, en raison du télétravail, par exemple, nous a poussés à moduler et à adapter notre travail, comme partout, en fait.

Cela nous a aussi amené une autre dimension; ça nous a forcés, par exemple, à rencontrer nos clients par Zoom ou d’utiliser d’autres moyens de communication pour organiser nos types de rencontres de travail virtuel.

Maintenant que vous terminez cette transaction, quels sont vos prochains objectifs professionnels?

Je vous dirais que ça ne lâche pas. Un dossier n’attend pas l’autre; je suis une fille ambitieuse, et je suis toujours prête à relever les défis qui me sont présentés. Un défi n’attend pas l’autre!

Selon vous, enfin, qu’apporte à l’entreprise Randolph cette « poussée de croissance »?

Cette transaction renforce et approfondit leur équipe. L’ajout d’un nouveau membre est aussi une bonne chose, et c’est sans doute le cas pour eux.

C’est une industrie effervescente, et je suis sûr que cela va leur permettre d’encore mieux se positionner au sein de cette industrie; de continuer à se développer, car ils sont déjà très bien établis.


Source : Facebook / Trivium Avocats.