L’homme de droit Gérard Lebel est décédé. Photo : Radio-Canada
L’homme de droit Gérard Lebel est décédé. Photo : Radio-Canada
Carrière prolifique que celle de l’homme de droit Gérard Lebel!

Le natif de Rivière-du-Loup aux origines modestes a fondé son propre bureau d’avocats, a enseigné le droit, a été nommé bâtonnier du Bas-Saint-Laurent, a été juge pendant près de 20 ans, puis ministre des Communications. Il s’est même mérité la médaille d'honneur de l'Assemblée nationale en 2014, révèle Info dimanche!

L’honorable Gérard Lebel est décédé à l’âge de 90 ans le 15 juillet au CHUL de Québec. L’avocat à la retraite et ancien bâtonnier du Bas-Saint-Laurent Me Clément Massé se souvient d’« un homme très sage ».

« Ses origines modestes, de même que sa formation professionnelle et son expérience politique, ont fait de lui un homme d’une grande générosité, d’une grande sagesse et d’un sens pratique. Il privilégiait la recherche d’une solution ou d’un compromis, plutôt que le conflit », illustre Me Massé, en entrevue avec Info Dimanche.

De fils de marchand à ministre

Né d’un marchand à Rivière-du-Loup, le jeune Gérard Lebel ira étudier le droit à l'Université Laval. Il pratiquera pendant 30 ans dans sa ville natale, où il a d’ailleurs fondé son propre bureau d’avocats avec Mes Gaétan Pelletier et Denis Rioux.

On le décrit encore aujourd’hui comme un formidable orateur.

« J’ai commencé ma pratique avec lui en 1975 et il a été mon mentor. Il ne m’a pas enseigné le droit, ça, c’était mon problème, rigole Me Massé, mais il m’a transmis des valeurs dans la façon d’exercer la profession (…) C’était aussi un plaideur exceptionnel. Sa plume et son verbe sont de grande notoriété. »

Après avoir été élu bâtonnier du Bas-Saint-Laurent et avoir enseigné le droit à l’Université où il a lui-même étudié, Me Lebel accède à la magistrature : il sera juge à la Cour supérieure du Québec pendant près de 20 ans.

« Les avocates et avocats exprimaient souvent leur plaisir de plaider devant Gérard Lebel, souligne Me Massé. Il était accueillant et respectueux des citoyens. »

En 1962, il se lance en politique, et est élu en 1966 dans Rivière-du-Loup sous les couleurs de l’Union nationale. Il sera nommé orateur suppléant, orateur, président de l’Assemblée législative, et finalement ministre des Communications sous le premier ministre Jean-Jacques Bertrand.

Une défaite électorale l’année suivante le remet sur le chemin du droit, mais son héritage politique demeure aujourd’hui, selon Me Clément Massé.

« Les gens de Rivière-du-Loup, dans l’histoire, soulignent l’arrivée du cégep comme étant l’œuvre de l’abbé Ronald Landry. Mais si on a un cégep à Rivière-du-Loup, c’est grâce à Gérard Lebel. Cela dit, je n’enlève aucunement le mérite de l’abbé Landry, qui était un ami personnel, parce qu’il a suscité une mobilisation qui a aidé Gérard Lebel à convaincre le premier ministre et le ministre Jean-Paul Cloutier. »

Gérard Lebel laisse dans le deuil sa conjointe Pierrette Beaulieu, son fils Claude, et sa petite-fille Aurélie.